Immobilier

SNCF Immobilier sur les rails de la rationalisation

Mots clés : Établissements industriels, agricoles, ICPE - Gestion et opérations immobilières - Transport ferroviaire

SNCF Immobilier poursuit son travail de rationalisation et d’optimisation du parc foncier et tertiaire de la SNCF. Dans les années à venir, deux usines doivent être transférées et la facture liée à l’occupation tertiaire des salariés de l’entreprise ferroviaire baisserait de 22% en dix ans.

Un an après sa prise de poste, Benoît Quignon, directeur général (DG) de SNCF Immobilier fait le point sur l’activité 2016 de la filiale de l’entreprise ferroviaire. « Notre mission consiste à accompagner le changement des métiers de la SNCF grâce à l’immobilier, car une partie du patrimoine de la société est obsolète », rappelle-t-il. Pour y remédier, 100 millions d’euros sont investis chaque année dans le parc pour le remettre aux normes incendie, d’accessibilité, pour réaliser des travaux de désamiantage, etc.

 

Rénovation des usines

 

SNCF Immobilier a lancé deux gros chantiers sur ses usines près de Lyon et de Lille. « A chaque fois, il s’agit de rationaliser le parc », avance Benoît Quignon. A Lyon, une usine de 18 hectares sera transférée du quartier La Muletierre à Vénissieux. Elle se densifiera au passage, pour « être trois fois moins grande ». Le permis de construire a été déposé et le constructeur choisi : il s’agit de GSE. « Nous valoriserons les 18 ha du quartier La Muletierre en développant un quartier mixte bien desservi, puisqu’il se situe au pied du métro, explique le DG. Nous conduirons des études de composition urbaine avec la métropole de Lyon, pour une durée de 18 mois. Cela nous permettra de financer en partie la nouvelle usine. »

A Hellemes, près de Lille, l’usine de traitement des TGV en milieu de vie doit elle faire l’objet de réhabilitation. « Nous sommes en phase d’étude et lancerons le chantier dans deux ans, des bâtiments devront être démolis », estime le DG.

 

234 millions € de foncier cédés ou concédés

 

SNCF Immobilier optimise également son foncier. La société a cédé ou concédé pour 234 millions d’euros de terrains. « Cela devrait permettre de construire 4 000 logements », calcule le DG. Pour 2017, le volume d‘activité devrait rester équivalent.

La filiale de l’entreprise ferroviaire doit également optimiser les mètres carrés de bureaux des salariés du groupe. « Nous visons une réduction de la facture de 22% en dix ans », indique Benoît Quignon. Pour atteindre son objectif, la société renégocie ses loyers, s’installe dans des locaux qui coûtent moins cher, et baisse le nombre de m² par poste de travail. Cela passe par le développement de bureaux en commun et le développement d’espaces diversifiés (travail en groupe, salle de réunion, etc.). « En moyenne, nous dénombrons 15% de postes de travail de plus que de salariés, nous aimerions atteindre le ratio d’un poste de travail pour un salarié », glisse le DG.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X