Grand Paris

Six projets innovants sélectionnés pour optimiser la gestion des déblais du Grand Paris Express

Mots clés : Etat et collectivités locales - Politique des transports

La Société du Grand Paris et l’Ademe Île-de-France ont révélé mercredi 29 mars, lors du Salon des maires d’Île-de-France, les solutions développées par les lauréats de l’appel à projets « le Grand Paris des déblais », lancé en octobre 2016. 74 candidatures ont été déposées. Six projets ont été retenus, et un septième a reçu le Prix « coup de coeur » du jury.

Portés par des start-up, des associations ou des consortiums d’entreprises, les projets retenus par la Société du Grand Paris et l’Ademe Ile-de-France dans le cadre de l’appel à projets « le Grand paris des déblais », couvrent l’ensemble du cycle de vie des déblais, de leur caractérisation à leur revalorisation.

Les lauréats, désignés par un jury composé de Philippe Yvin, président du directoire de la SGP, Joëlle Colosio, présidente de la direction régionale Île-de-France de l’Ademe et Didier Dousset, président de l’Agence régionale de l’environnement et des nouvelles énergies (Arene) d’Île-de-France, vont maintenant expérimenter in situ leurs solutions sur les chantiers, pendant des périodes allant jusqu’à six mois. La Société du Grand Paris et l’Ademe fourniront l’appui technique et méthodologique.

 

Les six lauréats de l’appel à projets « le Grand Paris des déblais »

 

Le groupe NGE et sa filiale Guintoli, pour la solution « Diagnosol Express ».

Diagnosol Express est un dispositif innovant de caractérisation et de gestion des déblais qui permet d’évaluer avec fiabilité les risques de présence de polluants dans les déblais. Cette technologie s’appuie sur une analyse Big Data permettant, en amont de l’excavation, de prévoir la présence d’éléments polluants et sur une analyse in-situ des matériaux excavés. L’objectif est de réduire la durée de caractérisation des matériaux et d’améliorer ainsi le processus de gestion des déblais. »

 

Cemex et Innofreight, pour leur solution « Schéma logistique d’évacuation des déblais du Grand Paris par train ».

Cette solution, qui s’inscrit dans la continuité de l’engagement de la Société du Grand Paris à diversifier les modes de transport pour les déblais, s’appuie sur l’utilisation de wagons étanches et un système breveté de retournement des caisses afin d’optimiser l’utilisation des flux ferroviaires servant à l’évacuation des déblais. Les wagons ainsi vidés et nettoyés pourront être réutilisés pour alterner les chargements de différents types de déblais, ainsi que la mise en place de flux retour.

 

Séché Eco-Services et Hoffmann JB Technologies, pour leur solution « ProVaDBat ».

Ce procédé de revalorisation des déblais en matériaux de construction intègre une phase de caractérisation des déblais pour les recycler et les orienter vers les lieux de réutilisation. Les matériaux de construction pourront être utilisés pour différentes applications : parking, sous-couches routière, mobilier urbain.

 

Terbis et ETPO, pour leur solution « SOLPUR ».

De nombreuses carrières souterraines délaissées peuvent servir d’exutoires à des terres ayant subi un traitement leur conférant les qualités géotechniques nécessaires. Solpur permet de combiner deux enjeux majeurs pour le développement du Grand Paris : l’évacuation des déblais de chantiers et la mise en sécurité des nombreuses anciennes carrières souterraines.

 

Valorhiz, pour la solution « TerraGenese® ».

Elle permet la création de terre fertile à partir de déblais stériles et de sources de matières premières organiques. Le résultat de ce mélange peut être utilisé dans une démarche d’éco-conception, pour tous les projets d’aménagements nécessitant un support de culture : fosse de plantation, parc urbain, grand paysage, agriculture urbaine…

 

Joly&Loiret (architectes), deWulf (entrepreneur de matériaux) et le centre de recherche amàco, pour leur solution « du déblai à la brique de terre crue ».

Elle consiste à transformer les déblais de chantier en briques de terre crue pour le bâtiment. Pendant l’expérimentation, les entreprises mettront en place une petite ligne de production mécanisée et conduiront des tests techniques pour certifier le matériau. A terme, l’objectif est de tester en conditions réelles le matériau et le mettre en oeuvre dans un bâtiment.

 

Une septième solution s’est distinguée. Elle fera l’objet d’un accompagnement conjoint de l’Ademe Île-de-France et de la Société du Grand Paris. La solution « 1er km à câble » prévoit d’installer un système de transport des déblais par câble temporaire, démontable et réutilisable, pour acheminer les déblais du lieu d’extraction au lieu de transfert. Ce projet est porté par les entreprises S’Pace Sa, Mazaud, VINCI et Veolia.


Focus

Plan d'action et audit

La SGP a présenté lors du salon des maires d’Ile-de-France son plan d’action pour protéger l’environnement et valoriser les 45 millions de tonnes de déblais de chantiers.

Dans l’esprit de la loi Biodiversité, la SGP compte éviter la destruction des milieux naturels, comme sur la Ligne 15 Sud avec le déplacement de certaines espèces ; réduire les nuisances environnementales en optimisant par exemple l’espace nécessaire aux travaux ; et compenser les dommages causés à l’environnement notamment via le reboisement et l’entretien de parcelles de forêts franciliennes dans le cadre d’une convention avec l’Office national des forêts (ONF).

Par ailleurs, la Société du Grand Paris prescrit sur ses chantiers l’utilisation de matériaux recyclés, l’optimisation des consommations d’eau ou d’énergie et le recyclage des déchets de chantiers (hors déblais).

La Société du Grand Paris s’est engagée à valoriser 77528516 % des terres excavées des chantiers du Grand paris Express : valorisation matière (transformation des déblais en matériaux pour la fabrication de terre crue, ciment, plâtre, sable pour béton, briques…) ou valorisation volume (réalisation d’aménagements urbains, comblements de carrières). Pour l’évacuation de ces déchets, la SGP compte privilégier les circuits courts et les alternatives à la route, notamment la voie fluviale. Pour leur traçabilité, la SGP a développé avec Artémis un outil reposant sur la pesée des terres et l’informatisation qui permet de suivre les terres échangées entre les différents sites et de contrôler le respect de la réglementation. Désormais utilisé sur trois chantiers (gares Fort d’Issy – Vanves – Clamart, Noisy-Champs, puits d’entrée du tunnelier de la Ligne 15 Sud à Noisy-Champs), il a généré l’émission de quelque 5667528516 bordereaux de transport et 135.752851675285167528516 tonnes ont été prises en charge.

Pour être le plus fidèle possible à ses engagements la SGP a lancé un marché pour la réalisation d’audits et de contrôles indépendants sur la gestion des déblais et la mise en oeuvre des mesures de respect de l’environnement sur les chantiers du Grand Paris Express.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X