Entreprises de BTP

Sites de mises en relation artisans/particuliers: quelle efficacité réelle ?

Mots clés : Artisanat

Des sites se présentent auprès des artisans comme une nouvelle manière de capter des chantiers. Leur utilité est réelle mais les résultats sont très variables.

Ils s’appellent Keltravo, 123 Devis, Quotatis, Devis Contact Pro&hellip Avec le développement des sites de mises en relation sur Internet, les petites entreprises du bâtiment sont de plus en plus courtisées. « Les particuliers ont toutes les difficultés à pouvoir trouver et comparer des entreprises et veulent dépasser la version lisse des annuaires en pouvant être contactés par des professionnels répondant à leur demande », explique Valérie Charron, directrice du marketing chez Quotatis.

Si ce que l’on appelle plates-formes ou sites d’intermédiation existe depuis une dizaine d’années, le marché reste récent : « Il a explosé depuis cinq ans et l’on compte environ 80 acteurs sur ce segment très concurrentiel, note Rémi Calmel, président de Keltravo, filiale du groupe Pages Jaunes. Ce développement correspond à un moment où les particuliers ne veulent plus de travaux non déclarés et souhaitent s’adresser à des entreprises structurées. »

Le principe consiste à mettre en contact internautes et professionnels répertoriés comme tels, en essayant au mieux de faire coïncider la demande du particulier et la compétence de l’entreprise. L’internaute ayant fait part de ses besoins, plusieurs entreprises inscrites sont informées et mises en concurrence. En général, le « premier arrivé est le premier servi », explique Jean-Michel Salem, directeur associé de Devis Contact Pro, une plate-forme, lancée en janvier dernier.

 

Peu d’artisans adhérents

 

Difficile d’estimer ce que représente ce secteur. Keltravo indique recevoir entre 200 000 et 250 000 devis par mois pour un panier moyen de 4 000 euros, avec un taux de transformation de 10 à 20% tandis que Quotatis évoque plutôt 20% et une fourchette de travaux comprise entre 500 à 20 000 euros.
Quant aux artisans, leur profil est très variable : « Sur les 300 entreprises de Qualipro contact, la plupart ont entre moins de 10 et 20 salariés, avec des chauffagistes, des menuisiers, des peintres et un peu moins de maçons », indique Jean-Michel Salem.
« On distingue trois typologies d’artisans accrocs de ces sites : les jeunes artisans se créant une clientèle ; des entreprises à la recherche de chantiers pour meubler des périodes creuses ; des artisans cherchant à remplir régulièrement leurs carnets de commandes. Les entreprises adhérentes sont encore peu nombreuses : 12 000 dans le portefeuille de Keltravo pour 4 000 utilisateurs réguliers », 13 000 professionnels référencés chez Quotatis, tandis que Devis Contact Pro espère atteindre bientôt le cap des 1 500.

Les artisans se retrouvent face à des règles de fonctionnements qui ont toutes un leitmotiv : proposer le minimum de contraintes en matière d’engagement. D’autres proposent des packs, créant même pour le besoin une monnaie – c’est le cas du Leadz chez Devis Contact Ppro – avec un coût calculé en fonction du chantier décroché par l’artisan. Il peut s’agir, comme artisanstravaux.fr – un site pilote créé par la Capeb Paca et qui compte 500 entreprises (objectif de 1 500 en 2013) – d’une contribution forfaitaire de 48 euros pour les adhérents et de 180 euros pour les autres, avec un nombre de contacts illimités. Parmi les critiques entendues revient la qualité du contact particulier. « Beaucoup d’adresses ne sont pas toujours contrôlées par ces sites, ce qui entraîne un taux de déchet important », regrette un artisan.

Pour lutter contre cette dérive, les sites s’emploient à réduire le nombre de demandes qui n’aboutiront pas, en rappelant les particuliers afin de requalifier la demande déposée sur le site.

Enfin, tous se mettent à proposer une palette de services : accompagnement des artisans dans la maîtrise des plannings : prises de rendez-vous ; aide aux clients pour expliquer les différences entre les devis reçus… « Notre travail est comparable à celui d’une force commerciale, en support de l’entreprise artisanale qui n’en possède que rarement », fait remarquer Valérie Charron. Des entreprises qui espèrent que ces plates-formes les aideront à mieux traverser cette conjoncture difficile.

 

Avis d’expert

 Par Patrick Fournier, secrétaire général Capeb Paca – Corse. – « Un site conçu par et pour les artisans »

Vous êtes à l’origine d’artisanstravaux.fr. De quoi s’agit-il ?

La Capeb Paca – Corse a lancé la plate-forme artisanstravaux.fr, il y a un an et demi. Il s’agit, pour un prix modeste, d’avoir la possibilité de s’inscrire sur le site pour trouver des petits chantiers, notamment de réhabilitation. Pour les particuliers, il n’y a pas d’intermédiaires et c’est gratuitement qu’ils peuvent contacter les artisans sélectionnés.

Que voulez-vous démontrer ?

Nous partons du principe que les artisans doivent toujours être maîtres de leur destin. Et nous préférons qu’ils mettent en place cette offre plutôt que de se la voir imposer par des sociétés privées. Il s’agit également de jouer un rôle pédagogique à l’attention des artisans en leur montrant l’intérêt d’Internet pour commercialiser leur activité.

 

Paroles aux artisans

Êtes-vous satisfait par ce type de mise en relation ?

Max Tolédano, entreprise générale, 10 salariés, Marignane (13) : « Oui, car c’est un vrai plus ! »

 

« J’ai choisi le site artisanstravaux.fr depuis un an et demi parce que j’ai trouvé l’initiative de la Capeb Paca très intéressante en cela qu’elle permet à des particuliers qui font appel à nous de se sentir en confiance avec les entreprises qu’ils vont rencontrer. On nous envoie directement les clients J’ai moins de retour que par des moyens plus classiques, mais ils sont souvent de meilleure qualité, je le constate au travers des retours de devis signés. Tant en neuf qu’en rénovation, nous avons des chantiers, dont les montants varient entre 10 000 et 100 000 &euro. Le chantier, lorsqu’on en a ainsi, est souvent à traiter rapidement, dans les 30 à 60 jours. Il s’agit principalement de rénovation de façade, de toiture et en général où il n’y a pas de permis de construire à déposer. J’ai récupéré ainsi cinq chantiers et ce site constitue sans aucun doute un vrai « plus » dans mon activité. »

 

Jacques Cohen, installateur photovoltaïque et thermique, 9 salariés, Pouillon (40) : « Oui, mais par la force des choses ! »


 « Ma clientèle est composée à 95 % de particuliers. Il y a encore deux ans, ils venaient naturellement dans notre agence ou lors de salons, mais aussi via le réseau Bleu Ciel. La crise est passée par là avec le moratoire sur le photovoltaïque et les particuliers se sont faits moins nombreux. Comme je refuse que mes commerciaux fassent du porte à porte et que je répugne à agresser le particulier, nous nous sommes donc tournés vers plusieurs plates-formes, comme Quotatis, La Centrale des marchés ou Keltravo. Ce dernier est le premier site auquel je me suis attaché et il ne rechigne pas à nous recréditer si je reçois des adresses de curieux ou s’il y a erreur d’aiguillage par rapport à notre activité. Bleu Ciel nous permet un très bon taux de concrétisation et, même si Keltravo affiche des ratios plus faibles, il est clair que nous ne pouvons pas faire l’impasse sur ces sites. »

 

José Rodrigues, fourniture et pose de menuiseries PVC, alu et bois, Six-Fours-les-Plages (83) : « Oui, c’est une aide très précieuse »

 

« J’ai ouvert mon entreprise en décembre et pour créer mon fichier clients, outre la publicité parue dans des gratuits, j’ai décidé d’utiliser Quotatis. Assez sceptique au départ sur les effets de ce type de sites – j’en avais essayé un autre où les contacts étaient peu sérieux – j’ai été surpris par les retours. J’ai eu des contacts suffisamment solides pour réaliser des affaires sur la pose de fenêtres PVC, de portes de garage ou de portes blindées. Il s’agit de chantiers du même type que pour la clientèle de particuliers captée d’une autre manière. L’un des intérêts repose aussi sur un périmètre de contacts qui porte sur 40 km autour de Six-Fours, jusqu’à La Ciotat. C’est plus une aide précieuse au contact qu’un soutien commercial, mais c’est déjà très important. Si le contact est solide, il nous permet ensuite de mettre en avant notre savoir-faire, ce qui est essentiel pour notre entreprise, qui démarre. »

 

 

 

 

 

 

Focus

Que recherchent les particuliers ?

Selon une étude réalisée par Keltravo (baromètre octobre 2011), 85 % des particuliers font appel à un artisan du BTP pour réaliser l’ensemble de leurs travaux (fourniture et pose) et 10 % pour effectuer la pose seulement de leurs matériaux pour leurs travaux. Enfin, 5 % des particuliers font appel à un artisan du BTP pour acquérir les matériaux seulement pour leurs travaux. En ordre croissant, les particuliers recherchent en priorité des professionnels pour des chantiers liés aux panneaux photovoltaïques, aux fenêtres, au ravalement de façades, aux travaux de peinture et de maçonnerie, et à l’isolation des combles, etc.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    Définition d’une mise en relation Artisans/Particuliers.

    Dans l’article ci-dessus il est question d’une mise en relation des artisans et des particuliers, à la différence près que nombre de sites, jouent le rôle d’intermédiaire, ce qui implique qu’un particulier ne connaîtra son artisan que par la vision d’un devis. Hors, de nos jours particuliers et professionnels désirent avoir un lien visuel immédiat, qui leur permettra d’établir une confiance réciproque pour mener à bien les travaux à effectuer. Il existe désormais une nouvelle génération de site « outil » comme www.aleo-contact.com qui seul, propose un contact direct entre les deux entités, c’est-à-dire que les professionnels peuvent visualiser directement sur une carte ou liste de proximité, les annonces des particuliers et inversement. De plus, grâce à son application smartphone géolocalisée temps réel, l’artisan est en mesure de voir, choisir ou répondre instantanément à une demande, qu’il soit en déplacement ou non, ce qui entraîne par ce fait, un gain de temps non négligeable.
    Signaler un abus
  • Commenter cet article
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X