Urbanisme et aménagement

Simulation : si les Hauts-de-Seine et le Val-de-Marne étaient inondés…

L’institut d’aménagement et d’urbanisme de la région Ile-de-France a récemment publié deux vidéos de simulation des conséquences d’une crue centennale dans les départements des Hauts-de-Seine et du Val-de-Marne. Un exercice de gestion de crise d’une inondation majeure est prévu début mars dans la région.

La région-capitale est fortement exposée au risque d’inondation majeure. Selon l’institut d’aménagement et d’urbanisme (IAU) Ile-de-France, si un tel événement survenait, 500 km2 de territoire se retrouveraient sous les eaux, et seraient impactés 435 000 logements, 830 000 personnes, 100 000 établissements et 750 000 emplois. Un scénario qui pourrait se produire lors d’une crue centennale, comme celle de 1910. Les retenues des grands lacs de Seine deviendraient insuffisantes et les systèmes de protection le longs des berges seraient alors submergés. Au travers de vidéos d’animation très réalistes, l’IAU Ile-de-France lève le voile sur les conséquences d’une inondation en amont et en aval de Paris.

La première concerne les bords de Seine dans le département du Val-de-Marne. Les communes de Villeneuve-Saint-Georges, Choisy-le-Roi, Vitry-sur-Seine (où des secteurs pavillonnaires situés à plus d’un kilomètre des rives de la Seine seraient potentiellement exposés à des hauteurs d’eau supérieures à 1 mètre pendant plusieurs jours ou semaines), Alfortville (dont 98% du territoire communal serait inondé !), Ivry-sur-Seine, Créteil, Maisons-Alfort seraient fortement impactées.

 

 

La deuxième concerne le territoire de la « Boucle de Gennevilliers », dans le département des Hauts-de-Seine. Dans la simulation, le quartier d’affaires de La Défense serait impacté, le RER A et la ligne 1 du métro interrompus, tous les ponts sur la Seine au nord-ouest et nord de Paris coupés, les communes d’Asnières, Clichy, Colombes, Gennevilliers et Villeneuve-la-Garenne inondées.

 

 

Pour prévenir ces risques, l’IAU Ile-de-France et la Préfecture de Police de Paris organiseront, du 7 au 18 mars, un exercice de gestion de crise d’une inondation majeure (soutenu et financé par l’Union européenne). Il simulera la montée des eaux et le débordement de la Marne et de la Seine. La réduction de la vulnérabilité de l’agglomération parisienne aux inondations est un enjeu d’aménagement durable, estime l’IAU, fondation reconnue d’utilité publique. Le coût des dommages directs d’une crue centennale en Ile-de-France a été évalué à 30 milliards d’euros.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X