Immobilier

Simi : les investisseurs à la recherche de la perle rare

Mots clés : Gestion et opérations immobilières - Gestion immobilière

Quelque 23,3 milliards d’euros devraient être investis dans l’immobilier tertiaire en 2017 selon le baromètre MSCI de l’investissement immobilier français réalisé avec Crédit Foncier Immobilier. Comme les taux de rendement sont compressés, les grands investisseurs rechercheront des projets sans défaut majeur, indique l’étude. Peut-être les trouveront-ils lors du Salon de l’immobilier d’entreprise (Simi), qui s’ouvre à Paris du 30 novembre au 2 décembre ?

A quelques jours de l’ouverture du salon de l’immobilier d’entreprise (Simi) qui se tiendra à Paris du 30 novembre au 2 décembre, les congressistes seront heureux de savoir que le marché de l’immobilier tertiaire continuera d’attirer les grands investisseurs en 2017. L’année prochaine, ce segment de marché devrait mobiliser 23,3 milliards d’euros, selon le baromètre MSCI de l’investissement immobilier français réalisé avec Crédit Foncier Immobilier publié jeudi 24 novembre. Ce volume d’investissement s’inscrit en léger retrait sur un an, puisqu’en 2016, MSCI estime que 24 milliards d’euros seront investis dans le tertiaire.

 

Focus sur Paris… mais quelques opportunités pour la Province

 

En 2017, les SCPI et les OPCI (deux véhicules de d’investissement à destination des particuliers) seront les plus offensifs sur le marché, devant les compagnies d’assurance et les foncières cotées. L’année prochaine, 70% des grands investisseurs se concentreront sur le bureau, et plus précisément à Paris pour 49% d’entre eux et dans le quartier central des affaires (QCA) pour 25% des répondants du baromètre MSCI. Comme l’offre nouvelle est très limitée dans le QCA, « les investisseurs qui ne peuvent pas attendre pour investir (comme les OPCI ou les SCPI) pourraient se tourner vers les centres villes dynamiques de Province, à l’exemple de Lyon, estime Olivier Boussard, directeur général délégué du Crédit Foncier Immobilier. Ceux qui ont la chance de ne pas avoir l’obligation d’investir, comme les compagnies d’assurance, passeront probablement leur tour et attendront de meilleures opportunités. »

Notons qu’en 2017, le résidentiel sera quasiment absent des intentions d’achat. « 33% de nos panélistes privilégient les actifs à revenus sécurisés, 15% choisiraient l’achat en portefeuille, 20% signeraient pour des développements en blanc ou pré-commercialisé, tandis que 15% ciblent des actifs à restructurer et 10% des actifs présentant de la vacance », détaille Carine Dassé, vice-présidente chez MSCI

 

Retour des loyers variables dans l’immobilier commercial

 

Alors que la France connaît une croissance molle (de l’ordre de 1,3% sur un an), « il n’y a pas assez de mètres carrés créés pour satisfaire les investisseurs, ces derniers se tournent donc vers des projets de restructuration », note Olivier Boussard. Mais avec des taux de rendement anticipés à la baisse par les investisseurs (3% en prime dans le QCA, contre 3,3% au 2e trimestre 2016), les défauts ne sont plus acceptables. « Les investisseurs font particulièrement attention à la qualité intrinsèque des bâtiments, poursuit Olivier Boussard. Pour qu’un opérateur investisse, le projet ne doit pas présenter de problématiques urbaines ou fiscales. »

Autre tendance notable, dans l’immobilier commercial cette fois-ci : le retour des loyers variables. « Les preneurs négocient pour que leur loyer varie en fonction du chiffre d’affaires réalisé, signale Emmanuel Ducasse, directeur des études du Crédit Foncier. Auparavant, cette variation était imposée par les bailleurs. La nouveauté, c’est qu’aujourd’hui cette requête émane des preneurs. Une façon pour les commerçants de se prémunir contre les baisses éventuelles de chiffre d’affaires. » Problème pour les bailleurs, avec l’augmentation des ventes par internet, le chiffre d’affaires réalisé en ligne n’entre pas dans l’assiette de calcul du loyer… puisque ce dernier est assis sur le CA réalisé en boutique.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X