Etat et collectivités

« Silence vaut accord » : de nouvelles exceptions en vue

Mots clés : Etat et collectivités locales - Service public

Un mois avant l’entrée en vigueur, pour les collectivités territoriales et les organismes de service public, du principe selon lequel le silence gardé par l’Administration pendant deux mois vaut acceptation, des projets de décrets sont mis en consultation pour prévoir des dérogations.

Le 12 novembre 2015, le principe « Silence vaut acceptation », déjà applicable à l’Etat et à ses établissements publics depuis novembre 2014, sera étendu aux collectivités territoriales et aux organismes chargés d’une mission de service public. Et donc généralisé… Enfin presque. Comme ce fut le cas pour l’Etat, l’application du principe selon lequel l’Administration restée silencieuse pendant deux mois est réputée avoir donné son accord sera assortie d’une kyrielle de dérogations. Plusieurs projets de décrets viennent d’être soumis à consultation publique dans cet objectif. Ils visent à créer des exceptions pures et simples au principe « Silence vaut accord », ou à instaurer des délais dérogatoires pour certaines décisions soumises au principe.

 

Collectivités territoriales

 

Côté collectivités, la consultation est pilotée par le ministère de l’Intérieur et est ouverte du 6 au 21 octobre. Un projet de décret liste les procédures pour lesquelles le délai sera dérogatoire. Y figurent notamment des dispositions en matière de permis de construire (délai de cinq mois). Deux autres projets de décrets énumèrent les procédures restant soumises au « Silence vaut refus » ; elles concernent notamment la domanialité publique et les permis de construire des projets soumis à autorisation d’exploitation commerciale.

 

Organismes chargés d’une mission de service public

 

De même, le Secrétariat général pour la modernisation de l’action publique (SGMAP) consulte le public du 9 au 23 octobre sur deux projets de textes concernant les organismes chargés d’une mission de service public et déterminant des délais différents à celui de deux mois ou écartant le « Silence vaut acceptation ». On y trouve notamment les procédures de délivrance du label « haute performance énergétique » et « bâtiment biosourcé » ou encore les autorisations d’occupation du domaine public autoroutier concédé.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X