Industrie/Négoce

Sika nargue Saint-Gobain en renforçant son activité mortiers

Le groupe suisse de spécialités chimiques pour le bâtiment Sika a annoncé l’acquisition du fabricant américain de mortiers BMI Products. Il renforce ainsi sa seule activité directement en concurrence avec le groupe Saint-Gobain, dont il refuse plus que jamais la prise de contrôle.

Et si le mortier devenait l’une des clés du conflit qui oppose depuis trois mois le suisse Sika et le français Saint-Gobain ? Loin du canton de Zoug où se joue en justice l’avenir du projet de prise de contrôle dévoilé par Saint-Gobain en décembre, l’industriel hélvète poursuit son expansion et vient d’annoncer le rachat de l’entreprise BMI, un producteur de mortiers pour la construction basé près de San Francisco (Etats-Unis).

Sika renforce ainsi sa présence sur le marché californien du bâtiment, la zone couverte par BMI dans le nord de la Californie venant compléter les positions déjà acquises par le groupe suisse grâce à son propre site de production près de Los Angeles.

Avec plusieurs acquisitions au cours de ces dernières années, Sika continue donc de miser sur le développement de son activité mortiers. Il faut dire que le suisse aurait tort de se priver d’un segment qui lui rapporte déjà gros, représentant aujourd’hui 20% de ses bénéfices.

 

Activité concurrente… mais complémentaire

 

« Avec une progression de 31% en 2014, le mortier est l’activité à plus forte croissance et représente l’un des éléments clés de la stratégie 2018 », rappelle un communiqué du groupe Sika, qui a présenté la semaine dernière de très bons résultats financiers. En témoignent, estime Sika, 14 ouvertures récentes d’usines, portant son « empreinte mortier à 76 sites de production dans le monde ».

Le mortier apparaît donc comme un élément clé de la stratégie de croissance de Sika… et du conflit avec Saint-Gobain. C’est en effet l’une des seules activités où les deux groupes sont directement concurrents par le biais de Weber, la filiale mortiers de Saint-Gobain rachetée en 1996 (2,4 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2013 selon les documents officiels).

Lors de l’annonce par Saint-Gobain du projet de prise de contrôle début décembre, la direction de Sika n’avait d’ailleurs pas tardé à lever le lièvre et exigé de son nouveau rival qu’il lui cède Weber. Pierre-André de Chalendar, le PDG de Saint-Gobain, avait immédiatemment écarté cette hypothèse et souligné la complémentarité des zones géographiques couvertes par les deux sociétés dans les mortiers, Sika étant développé en Amérique du Nord et en Asie, Weber dans certains pays européens et en Amérique latine.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X