Industrie/Négoce

Sika : les ventes du chimiste suisse décollent au premier semestre

Mots clés : Etanchéité

L’industriel spécialisé dans la fabrication de collage et les solutions d’étanchéité boucle le premier semestre sur une forte progression de ses ventes en Amérique du Nord, en Europe de l’Est et en Afrique. Le chiffre d’affaires dépasse les 2,6 Mds €.

 

Sika a réalisé des résultats record au premier semestre 2017. L’entreprise suisse, spécialisée dans la fabrication de collage et de solutions d’étanchéité, a enregistré un chiffre d’affaires de 2,605 Mds d’euros (2,994 Mds de francs suisses), en hausse de 8,1%, et un bénéfice net de 248,5 millions d’euros (285,7 M de francs suisses).

Le groupe récolte ainsi les fruits d’une politique de développement axée autour de la création de nouvelles filiales nationales, l’acquisition de sociétés et le développement de nouvelles usines de production. Sur les six premiers mois de l’année, les ventes du chimiste de la construction ont progressé sur l’ensemble de ses marchés. « Nous avons enregistré une croissance à deux chiffres en Europe de l’Est, en Afrique, en Amérique du Nord, en Argentine, dans la zone Pacifique et dans notre activité automobile et, dans nombre de pays, nous avons réalisé une progression plus rapide que celle du marché », a commenté Paul Schuler, directeur général de Sika.

 

Croissance à deux chiffres en Amérique du Nord

 

Dans la région EMEA (Europe, Moyen-Orient, Afrique), les ventes des produits Sika ont augmenté de 7%. Seules l’Europe de l’Est et l’Afrique ont observé une croissance à deux chiffres. « Nos principaux marchés que sont l’Allemagne, la France, la Suisse, l’Italie et le Royaume-Uni ont réalisé de solides progressions », assure le groupe dans un communiqué.

Début janvier, Sika a élargi sa gamme de produits d’étanchéité avec l’acquisition de Bitbau Dörr, un fabricant autrichien de systèmes d’étanchéité pour les toits, les bâtiments et les ouvrages de génie civil. L’entreprise compte 85 collaborateurs et réalise un chiffre d’affaires de 43,5 millions d’euros (50 M de francs suisses). En Afrique de l’Ouest, Sika a renforcé sa présence avec la création d’une nouvelle filiale nationale au Sénégal, à la suite de celles du Nigéria, de la Côte d’Ivoire et du Cameroun. Par ailleurs, une nouvelle usine de production d’adjuvants a été lancée en Tanzanie. Le groupe dispose aujourd’hui de 19 filiales nationales et de 17 usines sur le continent.

De son côté, l’activité de la région Amérique du Nord a fortement décollé (17,4%), notamment aux Etats-Unis où l’entreprise suisse a observé une croissance frôlant les 20%. Les investissements ciblés dans la force de vente, l’acquisition de sociétés et de développement de la chaîne d’approvisionnement ont contribué à améliorer la performance du groupe sur le sol nord-américain.

L’an passé, le chimiste a notamment racheté deux acteurs américains : FRC Industries, une société spécialisée dans la fabrication de polypropylène synthétique haut de gamme et de fibres de métal pour béton, et Rmax Operating LLC, un fabricant d’isolation et de produits d’étanchéité des bâtiments.

 

Perspectives positives

 

En Amérique Latine, les ventes ont progressé à un rythme moins soutenu (2,7%) que la période précédente (5,9%). Si le Mexique et l’Argentine ont réalisé de belles performances, le Brésil reste toujours confronté à une situation économique et politique difficile qui impacte négativement l’activité, constate Sika.

Dans la région Asie/Pacifique, les ventes ont progressé de 1,4% contre 4,6% auparavant. A Singapour, les investissements dans les projets de construction résidentielle financés par l’état sont restés à un bas niveau. En Indonésie, les investissements dans les infrastructures ont chuté. Seul le dynamisme de l’industrie de la construction chinoise a permis à Sika de réaliser une croissance à deux chiffres.

Plus globalement, la croissance globale du groupe répond aux objectifs fixés l’an dernier qui était de l’ordre de 6 à 8%. Et pour la première fois, Sika table sur un volume des ventes supérieures à 6 milliards de francs suisse (5,22 Mds d’euros).

 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X