Culture

Serpentine Gallery 2015 : dans le ventre de la luciole

Mots clés : Architecture - Produits et matériaux

Selon un rituel estival désormais bien établi, le pavillon d’été du centre d’art londonien ouvrira au public jeudi 25 juin. Cette structure temporaire, réalisée en membrane plastique ETFE, a été imaginée par l’agence espagnole d’architecture SelgasCano.

Le pavillon d’été de la Serpentine Gallery, qui ouvre le 25 juin prochain dans les jardins de Kensington, à Londres, fera sensation. Ou, plus précisément, sensations. Invités à créer la quinzième de ces architectures temporaires, les architectes madrilènes José Selgas and Lucía Cano ont en effet décidé de titiller la perception des visiteurs. Ils leur proposeront ainsi de pénétrer dans ce qui pourrait être le labyrinthe du bonheur et d’y expérimenter, sur 179 m², les variations d’ombres et de lumières, de transparence et de couleurs. Sur une structure en acier, les architectes ont pour cela tissé une double peau multicolore de membrane plastique ETFE. Ce cocon chaotique leur a été inspiré par le site bucolique mais aussi, paraît-il, par les habitudes de déplacements des Londoniens et notamment leur mouvement perpétuel dans les tunnels du métro.

 

 

Pendant tout l’été et une partie de l’automne, le pavillon sera ouvert à la visite de 10 heures à 18 heures et se fera, la nuit venue, un lieu d’événements. C’est alors qu’il irradiera telle une luciole dopée aux substances illicites. Ces pavillons d’été qui se succèdent depuis l’an 2000 sur ces pelouses anglaises ont jusqu’alors reçu jusqu’à 300 000 visiteurs par édition. Devenu en quinze ans un rendez-vous incontournable, l’événement repose sur le financement de mécènes… Et sur la vente du pavillon à la fin de l’été, qui peut couvrir plus de 40 % du coût de l’opération. Il est vrai que la collection d’architectures produite par la Serpentine Gallery porte des signatures prestigieuses. Jusqu’ici, les amateurs ont ainsi pu s’offrir des créations d’Oscar Niemeyer, Zaha Hadid, Sanaa, Peter Zumthor, Frank Gehry… Les candidats à l’achat de la luciole hypnotique de l’agence SelgasCano devront, eux, patienter jusqu’à sa fermeture, le 18 octobre prochain.

 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X