Profession

Selon vous, le projet de loi Macron menace-t-il les architectes ?

Ce projet, actuellement devant les assemblées, porte de 20 à 800 m² le seuil de recours à architecte pour toutes les constructions agricoles, et remet en cause l’indépendance des architectes en faisant un premier pas vers l’ouverture totale du capital des sociétés d’architecture par le biais des sociétés étrangères.
La profession estime que ce projet est en contradiction avec la loi sur l’architecture de 1977 qui précise notamment que « la création architecturale, la qualité des constructions, leur insertion harmonieuse dans le milieu environnant, le respect des paysages naturels ou urbains ainsi que du patrimoine sont d’intérêt public…».

Pour répondre au sondage, cliquez ici

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le
    Je suis, par nature, toujours opposé aux protectionnismes professionnels. Cependant je suis convaincu que la liberté pour tout exploitant agricole de construire sans recours aux compétences d’un vrai concepteur, notamment pour le volet intégration au site, est une porte ouverte au grand n’importe quoi! Par ailleurs, malgré la nécessité pour tout exploitant agricole d’être un peu multi-tâches, cette nécessité au quotidien ne fait pas de chacun d’eux un sachant pour ce qui concerne les structures. Donc oui, les architectes ont raison de se rebeller contre ce projet.
    Signaler un abus
  • Commenter cet article
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X