Paysage

Ségolène Royal souhaite « une très belle année à la planète »

Mots clés : Démarche environnementale - Gouvernement

Les vœux de Ségolène Royal auront laissé sur leur faim ceux qui espéraient des annonces politiques nationales : résolument optimiste dans la foulée de la Cop 21, la ministre de l’Ecologie a revisité le message universel de la France en ajoutant la biodiversité et la lutte contre le réchauffement aux trois termes de la devise républicaine.

« Avec la Cop 21, une conscience universelle s’est construite. Une nouvelle histoire va s’écrire entre l’humanité et la planète ». Par ce message manuscrit projeté en vidéo, Ségolène Royal a résumé la substance de ses vœux, le 13 janvier à l’aquarium tropical de la Porte dorée. Dans l’attitude de la France entre les attentats du 13 novembre et la conférence internationale contre le réchauffement climatique, la ministre de l’Ecologie veut voir un double symbole de résilience républicaine et écologique. A l’issue des « basculements positifs » qui, selon elle, ont marqué 2015, notamment grâce à sa loi de transition énergétique, elle a situé son hymne à la « concorde » dans le sillage des présidents De Gaulle et Mitterrand.

 

Crocodiles sexagénaires

 

Avant de laisser le micro à un groupe de gospel et d’inviter ses convives à déguster les spécialités de la région Poitou-Charentes, la ministre s’est délectée dans l’évocation du lieu choisi pour la cérémonie : l’aquarium tropical rénové du palais de la Porte Dorée. Sous le regard comblé du directeur Michel Hignette, elle a détaillé quelques exemples des 5 000 animaux issus de 300 espèces qui se partagent les 84 aquarium et les quelques terrarium de l’établissement. Cette longue parenthèse lui a donné l’occasion de rappeler son engagement pour l’intégration des océans dans les négociations climatiques. L’hommage aux efforts de l’aquarium en faveur du bien-être animal n’a pas manqué de déclencher les sourires, lorsque la ministre a évoqué les « crocodiles qui peuvent y mourir sexagénaires ». Mais seuls les mauvais esprits auront cherché une métaphore politique dans la description de ce marigot durable.

Focus

Relance du Grand prix national du paysage

Le jury du prix national du paysage se réunira le 3 février prochain, pour la première fois depuis 2012. Gilles Clément, lauréat en 1998, en assumera la présidence. Inscrite parmi les 10 mesures du plan national pour le paysage annoncé par Ségolène Royal le 25 septembre 2014, la relance de cette compétition a souffert de l’agenda de la ministre : elle avait annulé la tenue d’un premier jury, convoqué le 16 juin dernier.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X