Chantiers

Ségolène Royal lance les travaux de la première « route solaire » française dans l’Orne

Mots clés : Electricité - Gouvernement - Réseau routier

La ministre de l’Environnement a lancé officiellement, lundi 24 octobre, les travaux de la première « route solaire » française, à Tourouvre-au-Perche, dans l’Orne. Longue d’un kilomètre, pour une surface de 2 800 m², cette infrastructure innovante produira 800 kWh d’électricité par jour. Une première française, voire mondiale.

Des discours aux actes. C’était le sens de la visite, lundi 24 octobre, de Ségolène Royal à Tourouvre-au-Perche, dans l’Orne, pour le lancement des travaux de la première « route solaire » française. « Il s’agit même d’une première mondiale ! », a déclaré la ministre de l’Environnement, de l’énergie et de la mer. Construite par l’entreprise Colas Centre-Ouest sur la route départementale RD5, sur une longueur d’un kilomètre, cette infrastructure innovante produira, dès sa mise en service en décembre prochain, « la consommation pour l’éclairage public d’une ville de 5 000 habitants », a rappelé Ségolène Royal.

Trois mois de chantier sont nécessaires pour mettre en œuvre cette innovation, dénommée « Wattway », conçue et développée par Colas, la filiale routière du groupe Bouygues. « Il s’agit du premier revêtement routier solaire mis en place, au niveau mondial, dans des conditions normales de circulation », indique Jean-Charles Broizat, directeur de Wattway. Au total, 2 500 dalles photovoltaïques seront collées directement sur la chaussée – et raccordées au réseau électrique –, sur une surface de 2 800 m².

 

Premières offres commerciales Wattway début 2018

 

L’ensemble des panneaux solaires seront fabriqués par la société SNA (Société Nouvelle Aeracem), dont l’usine – inaugurée par Ségolène Royal le 26 juillet dernier – se situe non loin du chantier, sur la commune de Tourouvre-au-Perche. Ces éléments seront posés sur la route départementale courant novembre, une fois les travaux de raccordement électriques préparatoires effectués. « Ce chantier fait partie des 100 chantiers expérimentaux que nous menons depuis cette année, tant en France qu’à l’étranger, pour tester l’efficacité et la fiabilité de notre concept Wattway. Le chantier de Tourouvre est le seul chantier à cette échelle », précise Jean-Charles Broizat. Et le directeur d’ajouter : « Nous serons à même de proposer nos premières offres commerciales début 2018. »

Le ministère de l’Environnement, le conseil départemental de l’Orne (maître d’ouvrage) et les entreprises Colas et SNA ont ainsi œuvré de concert pour mener à bien, en quelques mois seulement, ce projet estimé à 5 millions d’euros. « Cette route solaire, qui s’inscrit pleinement dans la loi relative à la transition énergétique, votée en août 2015, illustre à la fois la qualité du savoir-faire technologique français et le dynamisme de notre pays, tout en contribuant à préserver l’environnement », a conclu Ségolène Royal.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X