Chantiers

Ségolène Royal inaugure la route solaire, cette « idée de génie »

Mots clés : Electricité - Gouvernement - Réseau routier

La ministre de l’Environnement a inauguré le premier tronçon de route solaire au monde – 1 km de la RD 5 à la sortie de Tourouvre-au-Perche, dans l’Orne. D’une surface de 2 800 m², cette infrastructure innovante produira l’équivalent de l’éclairage public d’une ville de 5.000 habitants selon son concepteur, Wattway.

Le 24 octobre dernier, Ségolène Royal lançait à Tourouvre-au-Perche, dans l’Orne, les travaux de la première « route solaire » française. « Une première mondiale ! », vantait la ministre la ministre de l’Environnement.

Trois mois plus tard, Ségolène Royal a cette fois salué « l’idée de génie » que représente la pose de 2 500 dalles photovoltaïques raccordées au réseau électrique, sur 1 km de chaussée de la RD5, soit surface de 2 800 m². « On utilise un espace qui sert à autre chose et qui ne va pas consommer des terres agricoles dans les pays très peuplés », s’est-elle enthousiasmé lors de l’inauguration.

Trois mois de chantier ont été nécessaires pour mettre en œuvre cette innovation, dénommée « Wattway », conçue et développée par Colas, la filiale routière du groupe Bouygues. « Il s’agit du premier revêtement routier solaire mis en place, au niveau mondial, dans des conditions normales de circulation », indiquait Jean-Charles Broizat, directeur de Wattway, lors de la pose de la première dalle.

Chaque dalle comprend des cellules carrées de 15 cm de côté constituant une très fine feuille de silicium polycristallin, qui transforme l’énergie solaire en électricité. Elle est traitée pour fournir une adhérence équivalente à celle des enrobées routiers traditionnels. Un abribus, avec panneau solaire, conçu et construit par la société SNA, ainsi qu’une borne de recharge électrique rapide complètent les installations de la première route solaire

La production électrique de la première route solaire, sur laquelle vont rouler près de 2000 véhicules chaque jour, est estimée à 280 000 kWh par an (soit 800 kWh en moyenne par jour), ce qui correspond à une estimation moyenne de l’éclairage public d’une ville de 5000 habitants. 

 

Plan de déploiement national

 

L’ensemble des panneaux solaires ont été fabriqués par la société SNA (Société Nouvelle Aeracem), dont l’usine – elle aussi inaugurée par Ségolène Royal le 26 juillet dernier – se situe non loin du chantier, sur la commune de Tourouvre-au-Perche. Ces éléments ont été posés sur la route départementale courant novembre, une fois les travaux de raccordement électriques préparatoires effectués. « Ce chantier fait partie des 100 chantiers expérimentaux que nous menons depuis cette année, tant en France qu’à l’étranger, pour tester l’efficacité et la fiabilité de notre concept Wattway. Le chantier de Tourouvre est le seul chantier à cette échelle », précise Jean-Charles Broizat.

Confiante dans cette technologie, Ségolène Royal a annoncé un « plan de déploiement national des routes solaires » en 2017 qui se traduira par le lancement d’un « appel d’offres innovation pour encourager le développement de technologies solaires innovantes ». « La Commission de régulation de l’Énergie (CRE) sera saisie dès janvier prochain d’un projet de cahier des charges pour la réalisation d’installations solaires innovantes », a précisé le ministère de l’Environnement. Cet appel d’offres fixera par ailleurs « les objectifs de production d’énergie solaire à partir de ces innovations ». Cette « première étape d’un programme de déploiement sur les 4 années à venir » se concrétisera par des aménagements nouveaux, notamment en Bretagne et dans le grand port de Marseille.

Autre bonne nouvelle, l’innovation française pourrait bien faire des peis à l’étranger. « C’est un prototype qui commence à intéresser au niveau international », a observé Ségolène Royal, relevant que les Chinois, les Africains, et notamment les Marocains, ont marqué leur intérêt en visitant le stand dédié à cette technologie lors de la COP22 en novembre à Marrakech. Jean-Charles Broizat estime quant à lui que Wattway sera à même de proposer ses premières offres commerciales « début 2018 ».

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    la gageure: lancer un plan national d'appel à projets innovants sans retour d'expérience

    Cette expérience innovante est séduisante sur le plan de la récupération d’énergie de surfaces inexploitées. Plusieurs questions se posent concernant notamment le volume et le type de trafic sur cette départementale (VL, PL, convois agricoles..), ainsi que la résistance aux traitements de la chaussée en hiver. Questions intéressant le gestionnaire de voirie, mais dont les réponses ne seront connues, je suppose, qu’après les 2 ans d’expérimentation. Peut-être d’autres chantiers sont ils plus avancés dans ce domaine?
    Signaler un abus
  • Commenter cet article
Vous êtes intéressé par le thème Chantiers ?
  • Découvrez les Cahiers Techniques du Bâtiment
    Le magazine qui traite des innovations produits, des évolutions techniques et de l’actualité règlementaire dans tous les corps d’états.
    Voir le site

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X