Energie

Ségolène Royal croit à l’objectif des 100 000 emplois verts en trois ans

Mots clés : Energie renouvelable - Gouvernement - Monde du Travail

La ministre de l’Environnement a fait le point mercredi 6 avril en Conseil des ministres sur l’impact de la croissance verte sur l’emploi, notamment dans les secteurs du bâtiment et des énergies renouvelables.

La transition énergétique permet la croissance verte, et la croissance verte c’est de l’emploi : voilà le calcul qui a motivé Ségolène Royal depuis son arrivée au ministère de l’Environnement il y a deux ans.

Et le résultat de ce calcul ce serait plus de 100.000 emplois verts créés en trois ans, a-t-elle réaffirmé mercredi 6 avril en conseil des ministres dans une communication sur le sujet.

Une transition énergétique dont les premiers pas ont permis depuis 2014, la création ou la sauvegarde de 20.000 emplois. Dont 8000 dans le Bâtiment où le secteur de la rénovation énergétique a progressé de 9 %. « En 2016, le cumul du CITE et de l’éco prêt à taux zéro permettra d’amplifier cette dynamique », a assuré la ministre.

Le secteur des énergies renouvelables soutenu par les appels d’offres successifs (trois pour la filière photovoltaïque, qui devraient générer 1 Md € d’investissements et plus de 5 000 emplois ; trois pour la filière éolienne qui a créé 2000 emplois depuis 2014 et un pour la méthanisation et le bois-énergie) a lui connu une croissance de ses effectifs de 13 % entre 2012 et 2015.

25.000 emplois sont également espérés dans le secteur des déchets et de la chimie verte, et 25.000 dans les secteurs de la mobilité écologique et du stockage de l’énergie.

Au rayon dépenses, l’Etat aura notamment mobilisé 5 millions d’euros pour l’émergence d’innovations de rupture comme la route solaire ; autorisé en un an, 128 M€ de prêts verts de la BPi, attribués à des petites et moyennes entreprises pour des projets industriels pour la transition écologique et énergétique (un prêt vert prolongé jusqu’à fin 2017 et étendu au secteur des services a annoncé Ségolène Royal) ; distribué près de 2 Mds € d’aides via le Programme d’investissement d’avenir pour des projets innovants. Enfin, via l’Ademe, et ses fonds « Chaleur » et « Déchets » plus d’un milliard d’euros de soutiens a été accordé à plus de 15 000 opérations.

Enfin Ségolène Royal continue de soutenir « ses » territoires à énergie positive, 400 territoires labellisés qui bénéficient du soutien du Fonds de financement de la transition énergétique, pour plus de 850 millions d’euros de travaux générés au total.

 

 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Le Moniteur Boutique
Accéder à la boutique
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X