Industrie/Négoce

Schneider Electric achète le 4e fabricant allemand d’interrupteurs

Le groupe Schneider Electric a annoncé mardi l’acquisition de la société allemande Merten qui conçoit, fabrique et commercialise des interrupteurs et systèmes de contrôle de l’éclairage, de l’accès, du chauffage, de la climatisation et de la sécurité.

Numéro 4 allemand du secteur, Merten emploie « 600 collaborateurs » et a réalisé en 2005 un chiffre d’affaires de 100 millions d’euros, « dont 30% en dehors de l’Allemagne », selon le communiqué.
L’acquisition – dont le montant n’a pas été dévoilée – devrait être finalisée au deuxième trimestre 2006. Schneider Electric prévoit que « le critère de retour sur capitaux engagés sera respecté dans les trois années suivant la finalisation de l’opération ».

Cap vers l’Ultra terminal
« Les produits Merten permettront à Schneider Electric d’enrichir son offre «ultra terminal» d’une gamme exhaustive et complémentaire d’appareillage électrique et de solutions de contrôle pour le marché résidentiel », relève le groupe français.
En 2005, le chiffre d’affaires de Schneider dans l’ultra terminal s’est établi à 1,2 milliard d’euros. Pour 2006, le groupe table pour cette activité sur un chiffre d’affaires de 1,5 milliard, a-t-il précisé au cours d’une conférence téléphonique. L’année dernière, Schneider Electric a réalisé un chiffre d’affaires total de 11,679 milliards.
Le directeur général déploiement stratégique de Schneider Eric Pilaud a rappelé que cette acquisition était la 4e dans ce secteur d’activité depuis le début de l’année.
Le groupe avait en effet annoncé avoir acquis l’italien OVA, spécialiste de l’éclairage de sécurité le 28 février, la société espagnole AEM qui conçoit, fabrique et commercialise du matériel et des systèmes d’installation de distribution électrique basse tension le 2 février et le singapourien Clipsal Industries le 12 janvier.
« Ces acquisitions accélèrent le développement de Schneider sur le ce marché en plein essor et consolide sa position », a déclaré M. Pilaud.
Il a expliqué que le groupe entendait faire jouer les synergies entre la basse tension et l’ultra terminal en élargissant le réseau de distribution, et l’accès à des utilisateurs spécifiques comme les architectes, les constructeurs de maisons.
Toujours pour cette activité, le groupe entend pénétrer de nouveaux territoires en Europe de l’Est, en Russie par exemple où il réalise « une croissance organique forte depuis trois ans », en Pologne ou encore en Hongrie. En Asie, il compte se développer rapidement en Chine et en Inde.
Enfin dans le reste du monde, Schneider estime que l’Amérique du Sud constitue une bonne plateforme de développement depuis trois ans. Il souligne enfin qu’il est devenu numéro 2 en 5 ans au Moyen Orient.

Focus

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X