Paysage

Salonvert en phase avec la sobriété heureuse

Mots clés : Aménagements extérieurs

Salonvert se tiendra du 20 au 22 septembre à Saint-Chéron (Essonne) autour d’une question centrale : comment offrir le meilleur service au moindre coût ? L’aménagement du domaine et le programme des conférences apportent les réponses du numéro 1 des salons français des espaces verts.

L’aménagement des abords du château de Baville à Saint-Chéron (Essonne) se met au diapason du contenu de Salonvert : missionnée dans ce but par Profield Events, créateur de l’événement, Elisabeth Pelikan, paysagiste conceptrice, a concentré son effort sur les entrées principale et secondaire, ainsi que sur les abords du commissariat général. Sa composition reflète les tendances du marché : entretien soigné à coût maîtrisé, adapté à une mise en scène événementielle et respectueuse de la biodiversité.

 

Nouvel espace central

 

« Dès la sortie du parking, une peinture écologique conduira le visiteur vers la grille et les arbres majestueux de l’entrée principale. Pour réaliser les murets de bûches qui cadrent l’entrée secondaire, l’agriculteur chargé de l’entretien du site nous a fourni le bois », détaille la paysagiste issue de l’Ecole supérieure d’architecture des jardins (Esaj).

A l’intérieur des 25 hectares du parc, les cheminements tracés par les tondeuses illustreront les effets spectaculaires obtenus avec peu de moyens, par les jeux de l’homme et de la nature. La taille achèvera la démonstration avec une préciosité maximale de l’ambiance sur les lieux des cocktails, aux abords de « l’espace conseil » où se déplace cette année le centre de l’événement, jusqu’ici situé au pied du château.

 

Conférences compactes

 

Exécutée au moment où la jeune paysagiste se met à son compte pour intéresser une clientèle de particuliers à des plans de gestion écologique, l’intervention d’Elisabeth Pelikan reflète l’esprit de l’événement : identifier les tendances nouvelles pour stimuler l’économie de la filière Espaces verts. Outre l’aménagement du site entretenu toute l’année par Profield Events, le nouveau format des conférences, plus nombreuses et plus compactes, révèle cette même ambition : 14 mini-colloques de 25 minutes détailleront et mettront en perspective une tendance du marché. Le mercredi 21 septembre à 10h, Paysage Actualités prendra en charge l’une de ces conférences, consacrées aux impacts du désherbage écologique sur la commande publique de matériels et de végétaux. L’intervention de Vecteur Plus (groupe Infopro-Digital), spécialiste de la collecte d’informations sur les marchés publics, reflètera un monde en pleine ébullition, depuis les parcs des centre villes jusqu’aux prairies fleuries des zones industrielles.

 

Sols sportifs

 

Dans le domaine sportif, second thème phare des conférences après le désherbage, Profield Events joue sur une expertise désormais déclinée dans deux événements biennaux franciliens : les 48 heures des gazons du sport pro pour l’élite, en novembre des années impaires, et Salonvert pour le sport amateur, en septembre des années paires. Sur les jardins et les outils connectés, troisième thème, Husqvararna mettra en avant les économies d’eau ou de carburant offertes par l’exploitation des données mémorisées. Enfin, les conférences consacrées aux arbres donneront aux décideurs des clés pour choisir les essences en fonction des contextes. « L’audience que nous avons atteinte nous permet d’aborder tous ces sujets en toute indépendance, avec une totale liberté de parole », se félicite Frédéric Bondoux, P-DG de Profield Events, bien installé dans sa position de numéro un français des salons dédiés aux espaces verts.

 

Formules reconduites

 

La plupart des ingrédients de la success story commencée en 2004 restent d’actualité, à commencer par le concept d’allée unique : à travers un circuit en boucle obligatoire, l’organisateur garantit à chaque exposant que la totalité des 22 000 visiteurs aura vu les 550 marques représentées (au lieu de 483 en 2014).

L’espace offert pour tester les machines continue à distinguer Salonvert, dans un calendrier où Profield Events revendique la place optimale : « Tout se décide en septembre », estime Frédéric Bondoux. L’organisateur reconduit également la formule d’une première journée dédiée aux distributeurs.

Le concours d’innovation, arbitré par un jury paritaire d’entrepreneurs et de collectivités, reste un événement phare, malgré la fin de sa dimension européenne : « La position prise en Allemagne par Galabau, dans un pays où tous les acteurs de la filière jouent le jeu du salon, relègue les événements des autres pays dans leur frontière nationale, y compris en France », constate Frédéric Bondoux. Cette analyse éclaire la mise en sommeil de l’association européenne des salons d’espaces verts Expo Demo Green Europe (Edge) : en 2014, cette structure avait orchestré une compétition entre les innovations européennes lauréates des événements organisés par chacun de ces membres, dont Salonvert. La non-reconduction de cet Euro du paysage n’étonnera pas les jardiniers : comme les plantes, les idées ne s’épanouissent que sur un terrain bien préparé.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X