Innovation produits

Salon des EnR : du nouveau sous le soleil

Mots clés : Energie renouvelable

Malgré les turbulences du marché du photovoltaïque, les représentants de la filière étaient nombreux au salon des énergies renouvelables, du 3 au 5 avril à Paris-Porte de Versailles. Quelques nouveautés glanées sur les stands.

 

 Pour sa onzième édition le salon des Énergies Renouvelables (EnR), qui se tient alternativement à Lyon et à Paris, a élargi ses thématiques et accueilli à ses côtés trois autres salons : Bluebat, dédié à la performance du bâtiment et la construction durable, déjà associé au salon des EnR depuis cinq ans, ainsi que deux nouveaux salons : ExpoBiogaz et SmartGrid Expo. Le premier s’appuie sur la montée en puissance du secteur du biogaz et le second sur la nécessité d’intégrer les énergies renouvelables dans les réseaux via les Smart Grids. L’ensemble des quatre manifestations  s’est regroupé sous le nom de be+, pour « bâtiment énergie positive ». Au total, près de 400 exposants se sont rassemblés du 3 au 5 avril dans le hall 1 du parc Paris Expo de la porte de Versailles, pour cette édition parisienne organisée en collaboration avec l’Ademe et le Syndicat des énergies renouvelables (Ser).

Dans le secteur des énergies renouvelables, c’est le solaire photovoltaïque qui comptait le plus grand nombre de stands.  Outre les multiples solutions d’intégration des panneaux dans les toitures, zoom sur trois nouveautés :

 

Un micro-onduleur par module photovoltaïque

La société britannique Enecsys fondée en 2003 à Cambridge, développe, fabrique et commercialise des micro-onduleurs raccordés au réseau électrique, pour les systèmes solaires photovoltaïques déployés dans le cadre d’installations résidentielles et commerciales. Le californien Enphase Energy et l’allemand SMA Solar Technology, également présents au salon, distribuent aussi dans l’Hexagone, via leurs filiales françaises, ces onduleurs d’un genre nouveau. Un micro-onduleur est installé à l’arrière de chaque module solaire pour convertir le courant continu produit par le panneau en courant alternatif. Les modules photovoltaïques sont raccordés en parallèle, contrairement aux modules raccordés en série lorsqu’on utilise un onduleur de chaîne. Avantage : la dégradation de la performance de l’un des panneaux, en raison de composants mal appariés, d’ombres portées ou d’obstruction par des feuilles ou débris, ne dégrade pas la performance des autres modules et n’a ainsi qu’un impact minime sur la quantité d’énergie produite par le système. Chaque module peut être suivi séparément par l’utilisateur ou l’installateur. Par ailleurs, la conversion courant continu-courant alternatif au niveau de chaque module renforce la sécurité de l’installation en éliminant  le câblage en courant continu haute tension entre l’installation PV et l’onduleur. Enfin, les micro-onduleurs solaires ont une durée de vie de 25 ans, soit autant que les modules auxquels ils sont connectés. Simples à installés, ils permettent de déployer des modules solaires sur n’importe quelle surface de toiture disponible, sans se préoccuper de l’ombrage. Et la taille de l’installation peut être modifiée à tout moment sans avoir à redimensionner l’onduleur central.

 

Le photovoltaïque rencontre la voiture électrique

Belectric, qui assure la conception et la construction de toitures solaires clés en main, ainsi que de parcs solaires, combine un abri de voiture photovoltaïque et une infrastructure de recharge pour véhicules électriques dans son produit Carport. Il s’agit d’une ombrière supportée par des arceaux métalliques dont le toit est équipé d’une installation photovoltaïque de 4,9kWc. La borne de recharge fait partie intégrante du Carport. Deux véhicules peuvent être rechargés simultanément avec de l’électricité photovoltaïque. La conception modulaire et flexible de la borne de recharge permet plusieurs modes d’association entre photovoltaïque et électromobilité, y compris un mode de fonctionnement en totale autonomie. Pour ce faire, un système de charge pouvant être connecté à un réseau électrique alimenté par un stockage d’énergie a été spécialement conçu. La gestion automatique de l’énergie produite optimise et priorise les usages : charge de véhicule, charge de batterie, injection dans un réseau privé, vente de la production excédentaire.

 

Alliance du solaire et de l’éolien

Franck Sicard, le jeune fondateur de la société ECSEE (Etude et conception de systèmes électriques et écologiques), a imaginé une éolienne hybride à axe verticale dont les pales sont équipées de panneaux solaires photovoltaïques. Lorsque le vent est nul ou peu rentable, les pales changent de position et suivent le déplacement du soleil pour assurer une production électrique continue. Grâce à un système de régulation automatique, l’éolienne baptisée Hybreol s’adapte au mode de production électrique le plus rentable en fonction des conditions climatiques.

 

 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Vous êtes intéressé par le thème Innovation produits ?
  • Découvrez les Cahiers Techniques du Bâtiment
    Le magazine qui traite des innovations produits, des évolutions techniques et de l’actualité règlementaire dans tous les corps d’états.
    Voir le site

Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X