Industrie/Négoce

Saint-Gobain : une année 2015 mention « passable »

Mots clés :

Industriels du BTP

-

Produits et matériaux

Le géant des matériaux de construction Saint-Gobain a publié des résultats 2015 sans grand relief. Les ventes sont en légère hausse, le résultat explose grâce à la cession de Verallia, mais le groupe industriel annonce un nouveau plan d’économies de 800 millions d’euros sur deux ans.

Le groupe Saint-Gobain a clôturé une année 2015 particulièrement difficile. Le chiffre d’affaires du géant des matériaux de construction n’augmente que de 0,4% à données comparables (à 39,6 milliards d’euros) et son excédent brut d’exploitation de 0,8%. L’atonie de la conjoncture française, un marché qui représente encore un quart des revenus du groupe, a pesé sur les résultats globaux. L’activité de la zone France est en baisse de 4,1%, indique le groupe, et la marge d’exploitation pour l’Hexagone se replie à 2,9% (contre 4,3% en 2014). Après plusieurs années de recul, le marché français devrait « se stabiliser » cette année, anticipe Pierre-André de Chalendar, PDG de Saint-Gobain.

Grâce à la vente de sa filiale de conditionnement Verallia en 2015, Saint-Gobain récupère 811 millions d’euros et voit son résultat net exploser de +36% à 1,3 milliard d’euros. Après 360 millions d’économies réalisées en 2015 (un peu moins que prévu) et pour continuer sur ce chemin, le groupe a annoncé un nouveau programme d’économies de coûts de 800 millions d’euros pour la période 2016-2018, dont 250 millions rien que pour 2016 notamment via les leviers de « l’optimisation de la logistique, l’excellence commerciale et la transformation digitale appliquée aux sites industriels », décrit un communiqué. Une transformation digitale que le groupe entend aussi accélérer dans son pôle distribution bâtiment, avec l’objectif de doubler la part de ses ventes en ligne d’ici à 2018 (7% des ventes aujourd’hui).

Focus

Le dossier Sika

Le statu quo est toujours de mise dans le projet de Saint-Gobain de prendre de contrôle de Sika, un industriel suisse spécialisé dans la chimie de la construction. A ce sujet, Pierre-André de Chalendar, PDG de Saint-Gobain, a évoqué ce qui est selon lui « le dernier élément bloquant la transaction » : la limitation, par le conseil d’administration de Sika, des droits des votes de la holding SWH (à laquelle Saint-Gobain veut racheter ses parts dans Sika). La décision de première instance « est attendue à l’été 2016 ». Malgré les obstacles, Saint-Gobain reste « patient et déterminé », a assuré son dirigeant.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X