Entreprises de BTP

Sacyr, un groupe en très forte croissance

Sous la houlette de son patron Luis del Rivero, Sacyr Vallehermoso a affiché une croissance fulgurante ces dernières années.
Cette société basée à Madrid, a ainsi investi en 2006 un total de 8,9 milliards d’euros dans diverse prises de participations, notamment dans le capital du pétrolier hispano-argentin Repsol-YPF, jusqu’à atteindre en décembre la barre des 20%.
L’emblématique président de Sacyr, Luis Fernando del Rivero Asensio, a fait de la croissance externe et l’internationalisation les lignes maîtresses du développement d’un groupe qui est né en 2003 de la fusion de Sacyr (construction) avec Vallehermoso (immobilier).
L’air aussi impénétrable que déterminé, derrière de fines lunettes rondes surmontant une moustache, Luis del Rivero a démarré sa carrière dans le béton avant de faire ses armes à Ferrovial, un des grands groupes espagnol du secteur du BTP.
Luis del Rivero a ensuite décidé de voler de ses propres ailes, en fondant sa propre société de construction en 1986, une petite compagnie affichant un capital modeste (environ 240.000 euros), qui deviendra par la suite Sacyr.
L’entreprise a progressivement grandi. Le véritable bond en avant date de 2003 avec la fusion avec Vallehermoso (immobilier) et la naissance de l’actuel Sacyr Vallehermoso.
Ce nouveau groupe s’affirme rapidement comme l’un des premiers en Espagne. la multiplication des acquisitions et prises de participation se concrétise en 2006 par une hausse de 12,2% du chiffres d’affaires à 4,684 milliards d’euros et une poussée de 31,2% du bénéfice net à 542,2 millions d’euros
« 2006 a été une année de grande activité (…). Les investissements dans Eiffage, Repsol YPF et le concessionnaire autoroutier Europistas ont conforté le groupe comme grande compagnie industrielle, avec des sources de revenus stables et diversifiées », commentait le groupe lors de la publication de ses résultats début mars.
Le groupe s’affiche désormais comme le leader en Espagne en matière d’immobilier résidentiel avec 12,5 milliards d’euros d’actifs, comme le numéro deux pour les concessions dans la gestion autoroutière et le numéro cinq pour la construction.
Revers de la médaille, la dette du groupe a explosé, passant de 923 millions à 1,89 milliard d’euros entre 2005 et 2006.
AFP

Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X