Entreprises de BTP

Sacyr est sur le point de franchir le seuil de 15% dans Eiffage

Le groupe espagnol de BTP détient une participation de 14,80% a déclaré jeudi soir Jean-François Roverato, Pdg d’Eiffage lors d’une table ronde sur la construction en Europe organisée par le Bulletin européen du Moniteur.

Cette montée dans le capital du numéro trois français suscite une ferme opposition de Jean-François Roverato qui a réaffirmé son attachement à une stratégie européenne à long terme. « Une entreprise européenne ne se bâtit pas en quelques semaines » a-t-il déclaré en reconnaissant que, pour l’heure, le groupe est contraint « d’adapter sa stratégie à la pression des évènements ».

Depuis le 28 février, Sacyr est monté en plusieurs temps à plus de 10% dans le capital d’Eiffage. Le groupe avait affirmé le 9 mars qu’il n’avait pas « l’intention de prendre le contrôle » d’Eiffage ni de « lancer une OPA » sur la société, mais de continuer « d’acheter des actions lorsque les conditions du marché le permettront ».

Sacyr a par ailleurs démenti une information des Echos, selon laquelle il aurait mandaté des fonds d’investissement amis pour prendre plus de 5% du concessionnaire autoroutier APRR (Autoroutes Paris Rhin Rhône), affaiblissant ainsi Eiffage, qui en train de racheter APRR avec le groupe australien Macquarie.

Selon Les Echos, des fonds d’investissement se sont positionnés sur la part d’APRR que le consortium Eiffage-Macquarie ne détenait pas après le rachat le 20 février des 70,21% détenus par l’Etat français et Autoroutes de France (ADF) dans le concessionnaire.
Si ces fonds n’apportent pas leurs titres lors de la garantie de cours lancée par Eiffage et Macquarie du 17 mars au 13 avril, le consortium possèdera moins de 95% du capital et ne pourra donc pas retirer APRR de la cote.

Jean-François Roverato n’a pas que des ennemis devrait pouvoir compter sur la Caisse des dépôts qui est entrée au capital d’Eiffage à hauteur de 3%. Le financier belge Albert Frère a annoncé de son côté la semaine dernière avoir pris une participation de 6,1%, ce qui fait dire à certains analystes qu’il vient à la rescousse du groupe français pour contrer les ambitions de Sacyr. Quant aux salariés d’Eiffage, ils détenaient au 24 mars 20,15% du capital du groupe. Le PDG d’Eiffage Jean-François Roverato disposerait ainsi de près de 30% du capital. Il serait proche de la minorité de blocage des droits de vote à l’AG du 19 avril.
J-P. Defawe

Retrouvez sur le site, dès lundi, un compte rendu de la table ronde « Construire en Europe : réalités et perspectives », ainsi que des extraits vidéos des principaux moments dans le courant de la semaine.


Focus

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X