Entreprises de BTP

Sacyr est « certain » de conclure accord avec Eiffage

Le groupe espagnol de BTP Sacyr Vallehermoso espère conclure un accord avec son concurrent français Eiffage, dont il détient 32,1% du capital, pour obtenir un tiers des sièges au sein de son conseil d’administration, a affirmé vendredi son président, Luis del Rivero.

« Sacyr est certain » de parvenir à un accord, a-t-il assuré lors d’une conférence de presse à Madrid avant l’assemblée générale des actionnaires du groupe espagnol.
« Nous sommes confiants dans un retour à la normale et notre intention est d’obtenir un tiers des sièges au conseil d’administration » d’Eiffage, qui compte huit sièges, a-t-il ajouté. « Nous allons avoir un tiers du capital, nous voulons un tiers des sièges », a-t-il dit.
« J’espère que les prochaines conversations (avec Eiffage) se termineront bien », a-t-il insisté en réaffirmant qu’il souhaitait dialoguer avec les autres principaux actionnaires du groupe français et son PDG, Jean-François Roverato.
Il a cité ainsi les représentants du personnel (22,4% du capital), l’homme d’affaires belge Albert Frère (6,1%) et la Caisse des Dépôts et Consignations (5%).
« Aucune société ne peut vivre contre son principal actionnaire », a-t-il indiqué.

Le 19 avril, la majorité des actionnaires d’Eiffage avaient rejeté la demande de Sacyr Vallehermoso d’obtenir des sièges au conseil d’administration, lors d’une assemblée générale.
Sacyr réclamait quatre postes sur les huit au conseil en sa qualité de premier actionnaire.
Le patron de Sacyr s’est montré favorable à une coopération entre Itinere, filiale de concessions d’autoroutes du groupe espagnol, et Autoroutes Paris-Rhin-Rhône (APRR), racheté en décembre par Eiffage, dans le cadre de nouveaux appels d’offres pour la gestion d’infrastructures notamment aux Etats-Unis.
Sacyr avait été un candidat malheureux à la reprise de APRR lors de l’appel d’offres de privatisation des autoroutes françaises.
Le président de Sacyr a réaffirmé que son groupe ne lancerait pas d’OPA sur Eiffage. « Notre approche sera toujours amicale », a-t-il dit.
Interrogé sur la possibilité d’une fusion entre Sacyr et Eiffage, Luis del Rivero a signalé qu’il « faut se fiancer avant de se marier et pour se fiancer il faut se connaître ». Mais cette éventualité semble « être très précipitée », a-t-il estimé.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X