Social

Rupture conventionnelle, inspection du travail et CHSCT : trois jurisprudences commentées

Mots clés : Droit du travail - Jurisprudence - Risque sanitaire

Décryptage de trois arrêts rendus dans le domaine du droit du travail, de la santé et de la sécurité au travail.

Contrat de travail

Rupture conventionnelle : en cas de rétractation du salarié, l’employeur peut reprendre une procédure de licenciement

Un salarié est convoqué le 7 juin 2010 à un entretien préalable à un éventuel licenciement pour avoir insulté un fournisseur. Il signe à cette occasion une convention de rupture conventionnelle. Avant d’exercer quelques jours plus tard son droit de rétractation par lettre du 16 juin. L’employeur le convoque alors à nouveau, par lettre du 21 juin, à un deuxième entretien préalable au licenciement. L’intéressé est licencié pour faute grave.

Question : Dans ces conditions, l’employeur pouvait-il reprendre la procédure disciplinaire ?

Réponse : Oui, car la signature d’une rupture conventionnelle après l’engagement d’une procédure de licenciement n’emporte pas renonciation de l’employeur à l’exercice de son pouvoir disciplinaire. Si le salarié exerce son droit de rétractation, il est dès lors fondé, sous certaines conditions, à reprendre la procédure, avec la convocation du salarié à un nouvel entretien préalable et, le cas échéant, à prononcer une sanction, y compris un licenciement pour faute grave (Cass. soc., 3 mars 2015, n° 13-15551).

Commentaire : Le licenciement disciplinaire n’est possible que si le délai de prescription de deux mois prévu par le Code du...

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X