Logement

RT 2012 : Pas de dérogation pour les maisons individuelles !

Mots clés : Bâtiment d’habitation collectif - Bâtiment d’habitation individuel - Gouvernement - Maison individuelle - Réglementation thermique et énergétique

L’Union des maisons françaises (UMF) réclamait les mêmes dérogations que le logement collectif concernant l’application de la RT 2012, mettant en cause l’instabilité et les ratés du moteur de calcul. Benoist Apparu, le ministre du Logement, a choisi de ne pas donner suite.

Le ministère a mis moins d’un mois pour trancher. La requête présentée par l’Union des maisons françaises (UMF) en mars a été tout bonnement rejetée. En effet, la fédération de constructeurs de maisons individuelles s’est plainte de l’instabilité du moteur de calcul de la RT 2012. « Ce sont plus de six versions qui se sont succédées, plongeant les constructeurs dans l’impossibilité de préparer, en connaissance de cause, leurs descriptifs techniques, leurs catalogues d’offre et plus grave encore le prix de leurs prestations », arguait Christian Louis Victor, le président de l’UMF dans une lettre adressée fin mars, à Benoist Apparu, ministre chargé du Logement. En conséquence, il avait demandé au gouvernement de « porter le « Cep max » à 57,5 KWh/m²/an et ce, jusqu’au 31 décembre 2014 en cohérence à la dérogation déjà acceptée pour le logement collectif.» Si le ministre s’était plié à la demande de l’UMF, la RT 2012, qui impose un « Cep Max » de 50 KWh/m²/an à partir du 1er janvier 2013 aurait pris du plomb dans l’aile.

 

« Des écarts inférieurs à 5% »

 

Mais le ministre a refusé d’élargir la dérogation accordée dans le logement collectif. « Les simulations réalisées lors de l’élaboration de la réglementation ont en effet montré que le passage d’une exigence règlementaire en Cep max de 57,5 à 50 KwhEP/(m².an) dans les immeubles collectifs nécessitait l’introduction de nouvelles technologies qui sont encore coûteuses car insuffisamment diffusées sur le marché de la construction, et moins mâtures », indique Benoist Apparu dans sa réponse à l’UMF. A contrario, cet effet de seuil n’existe pas pour les maisons individuelles, selon le ministère, « l’exigence pouvant être atteinte sans changement radical de technologies, mais uniquement grâce à une légère augmentation des performances énergétiques des matériaux déjà installés (…) ». Pour terminer, Benoist Apparu rappelle que les premières versions du moteur de calcul ont été mises très tôt à disposition des professionnels pour qu’ils puissent s’y préparer et que les écarts les variations de Cep obtenues entre les différents moteurs de calculs sont inférieurs à 5%. « Au vu de ces éléments, il ne m’apparaît pas nécessaire de revoir les objectifs définis et partagés en 2010 », conclut le ministre.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    Et l'habitat collectif ?

    Bonjour, Nombreux sont les acteurs de la domotique, anciens et nouveaux, à avoir intégré les demandes de suivis de consommation de la RT-2012 dans une solution globale de domotique résidentielle. Dans le blog Oyoma (www.oyoma.net/fr/blog), nous exposons une approche plus globale encore, en prenant en compte les besoins de l’immeuble collectif et non seulement de la résidence individuelle, en utilisant les technologies dites « ouvertes » (Linux, Android, PHP, MySQL). Je serais heureux de lancer le débat sur ce type d’habitat qui concerne une grande partie de la population. A bientôt, Rémi Jonquières
    Signaler un abus
  • - Le

    feu de tout bois

    Quand on constate encore aujourd’hui le nombre de constructions individuelles ne respectant même pas la RT2005, on n’est guère étonné que certains trainent des pieds par tous prétextes. Sur le fond, s’il est vrai que le moteur RT2012 donne parfois du fil à retordre aux BET, en revanche, les matériaux, matériels et mise en œuvre sont disponibles et maitrisés depuis des années. Pour ceux qui ont fait l’effort d’être toujours à jour, ils sont déjà près car ce n’est qu’une petite avancée de plus, à peine plus, en revanche, pour les autres la marche va être très haute !! Peut être est ce, le début d’un rééquilibrage et la fin des moins disant vendant de la médiocrité au mépris de la réglementation et surtout du client en premier lieu … enfin souhaitons le !!
    Signaler un abus
  • Commenter cet article
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X