Bâtiment

RT 2012 : le moteur de calcul aurait-il des ratés ?

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Maison individuelle - Réglementation thermique et énergétique

La réglementation thermique 2012 entre en vigueur dans quelques mois pour les maisons individuelles. Or, l’outil de calcul ne cesse d’être modifié, avec des résultats qui diffèrent d’une version à l’autre.

A partir du 1er janvier 2013, impossible de construire une maison sans présenter un calcul thermique de la consommation d’énergie primaire inférieur à 50 kWh/m².an. Un chiffre qui repose sur trois coefficients – besoin bioclimatique (Bbio), consommation conventionnelle d’énergie primaire (Cep) et température intérieure de consigne (Tic) – calculés à l’aide d’un outil informatique développé par le Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB). Depuis la publication de la méthode de 1 400 pages à l’été 2011, six versions du moteur ont été élaborées puis testées par un groupe de travail d’« applicateurs ». « Une autre version arrivera avant l’été », annonce Vincent Braire, ingénieur thermicien chez Pouget Consultants et membre de ce groupe.

L’outil n’est pas simple puisqu’il requiert la saisie de cinq à sept fois plus de paramètres qu’auparavant. Surtout, au fur et à mesure des mises à jour, les résultats en maison individuelle ont beaucoup varié. « Nous ne sommes pas hostiles à la RT. Mais je ne sais pas à quel prix je vais devoir vendre ces maisons : entre septembre et février, les exigences de consommation calculée par le moteur se sont renforcées de près de 20 % », explique Patrick Vandromme, président de Maisons France Confort. Les constructeurs de maisons individuelles s’engagent via un contrat de construction – avec prix ferme et descriptif technique –, et les soubresauts du moteur de calcul ne facilitent pas le choix des solutions qui seront retenues pour les permis de construire déposés après le 1er janvier. Difficile aussi de préparer la commercialisation (études, catalogues, descriptifs…) et d’optimiser les prix de ces maisons qu’ils vendront dès l’été. « Comment anticiper ce qu’on ne connaît pas ? », interroge Dominique de Sauza, président de l’UCI-FFB.

 

Un moteur en voie de stabilisation

La logique de mise à jour du moteur de calcul est pourtant classique : chaque version corrige les bugs de la précédente jusqu’à stabilisation. Les metteurs au point sont optimistes. « Les comparaisons des résultats de différentes versions du moteur pour la même maison montrent un Bbio inchangé, affirme Bernard Loriot, directeur d’AET Loriot. Et pour le Cep, l’écart est inférieur à 3 %. » Le CSTB confirme : « Les écarts entre les versions vont de 0,5 à 3 kWh/m².an. Et le rythme des mises à jour devrait ralentir », estime Jean-Robert Millet, responsable du moteur de calcul. « Aujourd’hui, assure Bruno Slama, gérant de l’éditeur de logiciels BBS Slama, les calculs réglementaires sont fiables en maison individuelle ».

 

Exit le chauffage électrique

Autre problème posé par la dernière version du moteur : la disparition annoncée de l’effet joule. Une maison de 90 m² chauffée à l’électricité en région Rhône-Alpes a ainsi vu sa consommation baisser de 7 kWh/m².an entre les versions de juin et septembre 2011 puis gagner 10 kWh en février. « Cette version ne nous permet plus d’utiliser l’effet joule, qui était pourtant pertinent pour une grande partie du pays compte tenu de la faiblesse des consommations », regrette Patrick Vandromme. Le surcoût est estimé entre 5 000 et 6 000 euros pour passer de 70 % des maisons dotées d’un chauffage électrique à 100 % d’équipements complexes à mettre en œuvre (boucle à eau chaude, bois, etc.). « Hier, le CMIste maîtrisait le bâti puis adaptait les équipements. Demain, ce sera l’inverse. Que maîtrisera-t-il en changeant de métier si brutalement ? », s’interroge François Turland, directeur général adjoint du bureau d’études thermiques Bastide Bondoux (groupe EDF).

 

Demande de dérogation

Si quelques constructeurs, à l’image de Trecobat, font leurs propositions commerciales en RT 2012, d’autres ont sans doute péché par optimisme en se fondant sur une version précoce du moteur, encore imprécise ou laissant penser que l’effet joule combiné à du solaire thermique donnerait satisfaction. Il y a aussi un besoin manifeste de formation. « J’ai vu un BET ajouter de l’isolant partout pour atteindre les 50 kWh/m².an, alors que le résultat était faussé par une simple erreur de saisie sur la ventilation », témoigne Christian Cardonnel, P-DG du BET Cardonnel Ingénierie. L’interprétation des résultats reste en effet difficile. Aucune logique ne se dégage, selon l’Union des maisons françaises (UMF), ni par zone climatique, ni par systèmes associés. « N’allons pas trop vite. Nous manquons encore de recul et ne disposons pas d’un moteur de calcul à la fiabilité avérée », constate Jacques Cercelet, de Syntec Ingénierie. En attendant, les constructeurs anticipent d’éventuelles non-conformités et donc un risque de contentieux. Voire des coûts supplémentaires, à leur charge, pour mettre la maison aux normes. « Nous avons demandé au gouvernement de fixer un palier à 57,5 kWh/m².an pour le « CEP max » jusqu’à fin 2014, comme dans le collectif », explique Dominique Duperret, secrétaire général de l’UMF.

 

Fin de non recevoir

Mais le ministère a mis moins d’un mois pour trancher. La requête présentée par l’UMF en mars a été tout bonnement rejetée. « Les simulations réalisées lors de l’élaboration de la réglementation ont en effet montré que le passage d’une exigence règlementaire en Cep max de 57,5 à 50 kWh/m².an dans les immeubles collectifs nécessitait l’introduction de nouvelles technologies qui sont encore coûteuses car insuffisamment diffusées sur le marché de la construction, et moins mâtures », indique Benoist Apparu dans sa réponse à l’UMF. A contrario, cet effet de seuil n’existe pas pour les maisons individuelles. Le ministère rappelle que les premières versions du moteur de calcul ont été mises très tôt à disposition des professionnels pour qu’ils puissent s’y préparer et que les écarts les variations de Cep obtenues entre les différents moteurs de calculs sont inférieurs à 5%.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    Ne pas confondre ...

    @ neutron rapide : l’étanchéité à l’air est une chose. La ventilation maîtrisée en est une autre. Et il faut les 2 pour une « maison RT 2012 », qui, si elles sont bien réalisées, ne moisira pas et sera, en plus, économe (tout du moins sur les postes chauffage, clim, ECS et éclairage) !
    Signaler un abus
  • - Le

    Comme reconnaitre une maison RT 2012

    Très simple, celles qui sentent mauvais et moississent.
    Signaler un abus
  • Commenter cet article
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X