Performance énergétique

RT 2012 : la variation temporelle des planchers chauffants surestimée selon Cochebat

Mots clés : Chauffage - froid - Réglementation thermique et énergétique

La variation temporelle est un facteur important dans les calculs de la RT 2012. À la suite d’une campagne d’essais menée sur les planchers chauffants, les fabricants signalent via leur syndicat Cochebat des différences significatives entre ses résultats et le standard retenu dans la réglementation. 

L’usage des planchers chauffants/rafraîchissants basse température (PCBT) progresse dans le logement individuel neuf . Cependant, un point de règlement contrarierait quelque peu cette avancée. Selon Cochebat, le syndicat national des fabricants de composants et systèmes intégrés de chauffage, rafraîchissement et sanitaires, la variation temporelle affectée au PCBT dans la RT 2012 serait surévaluée. Cette critique s’appuie sur une série de mesures réalisées par le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB). 

Pour compenser le manque d’homogénéité d’un dispositif de chauffage ou sa trop grande inertie thermique, il est parfois nécessaire de régler la consigne de la régulation au-dessus de la température souhaitée. Les logiciels de calcul RT 2012 prennent en compte cette réalité. La consommation d’énergie primaire (Cep) est proportionnelle à une température de consigne de chauffage. Celle-ci est calculée en additionnant une température de consigne initiale, la température souhaitée dans le local, et deux valeurs correctives : la variation spatiale et la variation temporelle. Elles représentent les quelques degrés supplémentaires à ajouter à la consigne pour obtenir la température voulue. Ces deux grandeurs varient en fonction des moyens de chauffage employés et du type de régulation. 

 

Des valeurs bien inférieures à la réglementation

 

Sur le marché du logement neuf, l’attractivité d’un système dépend de sa capacité à correspondre au cadre réglementaire. Une variation temporelle importante augmente la Cep du bâtiment et peut nuire à la notoriété d’un produit. Pour les PCBT, elle est fixée par défaut à 1,8 K « Ce coefficient élevé pénalise la filière. Il est supposé modéliser l’inertie thermique propre à cette technique. C’était peut-être vrai dans les années 1980, mais aujourd’hui les solutions proposées sont bien plus réactives. Elles sont adaptées aux exigences de la RT 2012 », déplore Florent Kieffer, vice-président de Cochebat et directeur de la branche Solutions et Réseaux du bâtiment d’Acome.

L’opinion du syndicat se fonde sur une campagne d’essais. À l’aide d’un nouveau banc d’essai, le CSTB a évalué la variation temporelle de plusieurs modèles de PCBT. « À l’image d’autres études européennes, les résultats obtenus sont compris entre 0,5 et 0,7 K. Ils sont bien inférieurs aux valeurs par défaut d’un moteur de calcul RT 2012. Notre objectif est d’affiner ces tests au cours de l’année. Ces travaux ouvrent de nouvelles perspectives pour notre marque Certitherm », souligne Florent Kieffer. 

Au-delà de cette question technique, le secteur sera également confronté aux changements d’application de RT 2012. Le gouvernement a choisi de prolonger la dérogation pour les logements collectifs jusqu’en 2018 . Il a aussi accordé une dispense aux bâtiments de petites surfaces . « C’est décevant, mais cohérent avec la réalité du secteur. La mise en pratique de certaines dispositions requiert du temps, analyse Florent Kieffer. Dans la morosité actuelle, la suspension provisoire de ces aspects peut libérer quelques chantiers. Toutefois, ce mouvement ne doit pas se transformer en retraite définitive. Les industriels ont investi. Leurs innovations sont prêtes à répondre aux nouveaux enjeux réglementaires ». 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    Tout cela pour pas grand chose :-)

    Encore une fois on mélange étude thermique (la physique) et l’étude réglementaire Rt2012 qui relève de la politique. Le Cep est une escroquerie pseudo scientifique. Les chiffres de la réglementation et des études réglementaires sont à des lieues de la réalité (à savoir les factures de consommation et les calculs réalisés selon les normes internationales…et françaises . Si les planchers chauffants sont plus réactifs c’est d’abord qu’on réduit l’épaisseur et la constitution de la chape superficielle. Un plancher chauffant ne réduit en rien les ponts thermiques, par contre la réduction de l’épaisseur de la chape réduit d’autant l’inertie thermique du local du fait que la pratique française de l’isolation par l’intérieur perdure.
    Signaler un abus
  • - Le

    Variation temporelle plancher chauffant

    Bonjour, Travaillant comme thermicien au bureau d’études fluides Betherm de beaucouzé (49), nous sommes régulièrement confronté à ce cas de figure qui pénalise les études thermiques, dès lors que nous mettons un plancher chauffant. Cependant, le régime d’eau des planchers chauffants étant plus faibles, les rendement des chaudières et le COP des pompes à chaleur permettent de rééquilibrer cette variation temporelle de 1,8. L’installation du plancher chauffant permet en général de diminuer considérablement les ponts thermiques également. Et si jamais tout cela ne suffirait pas à atteindre l’objectif de la RT2012, il existe une régulation certifié avec une variation temporelle de 0,5. Nous avons toujours une solution même si un revalorisation de la variation temporelle serait la bienvenue. Peter Vinçon
    Signaler un abus
  • - Le

    CA à justifier par certification

    Rappelons d’abord qu’un plancher chauffant doit être piloté par un dispositif de régulation et que la variation temporelle est liée à ce couple émetteur régulateur. Pour la prise en compte en RT2012 d’une valeur de variation temporelle plus faible que celle par défaut (1,8 K), il suffit que le dispositif de régulation associé dispose d’une certification pour une valeur inférieure. Rappelons que c’était déjà le cas en RT2005 ! Et pourtant, la plupart des fabricants de plancher chauffant hydraulique n’ont pas avancé sur ce domaine, alors encourageons les à le faire : les consommations conventionnelles de chauffage y gagneront encore. Et mieux vaut tard que jamais.
    Signaler un abus
  • Commenter cet article
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X