Paysage

Rouen : le Champ libre succédera au champ de course

Mots clés : Espace naturel

Mutabilis pilotera la maîtrise d’œuvre du parc naturel urbain de la métropole de Rouen. Les travaux commenceront en 2017. Ils mobiliseront 13 millions d’euros sur un coût d’opération de 22 millions d’euros.

Dix ans après le déménagement de l’hippodrome de la métropole rouennaise, la reconversion de l’ancien champ de courses des Bruyères a franchi l’étape du concours de paysage, remporté par Mutabilis. Pilote d’un groupement qui associe l’architecte Philippe Madec, les designers d’Atelier 59 ainsi que les bureaux d’études Berim et OGE, l’agence basée à Paris associe la biodiversité, le sport et la nature. Le projet baptisé Champ libre se développe sur 28 hectares répartis entre cinq communes.

 

Participation ludique

 

Pendant la phase de consultation qui a précédé le concours en 2013 et 2014, la métropole Rouen Normandie a élaboré le programme dans le cadre d’une méthode participative innovante : la collectivité a réuni 800 réponses graphiques, suite à son invitation publique à construire le parc idéal, dans le cadre d’un jeu inspiré par « Sim City ». Cette consultation a permis de préciser les fonctions du parc et les équipements de sport et de loisir.

 

Coutures urbaine et paysagère

 

Sur cette base, l’équipe de conception, issue d’une sélection de quatre groupements retenus parmi 44 dossiers, a structuré le site autour d’un cheminement en platelage bois légèrement surélevé, qui ouvre les vues sur le grand paysage. Derrière la diversité des fonctions, l’unité du projet repose sur l’intégration de chacune de ses composantes, comme le montre le système de terrasses dans lequel s’inscrit le pôle foot. Le souci de la couture s’exprime aussi vers l’extérieur : équipée de 70 places de stationnement, de jeux de marelle et de dames, la « bande active », ouverte 24 h sur 24 contrairement au reste du parc, se raccordera avec la Cité Verlaine de Saint-Etienne du Rouvray, après la démolition d’un mur. L’ancrage métropolitain du site se renforcera avec sa desserte par une ligne de transport en commun à haut niveau de service, en plus de la station de métro existante.

 

Ferme permacole

 

Alors que la phase d’avant-projet démarre pour les mois à venir, une ultime étape conceptuelle reste à franchir : la métropole choisira durant le printemps le lauréat de son appel à projets pour la ferme permacole qui inscrira le Champ Libre dans le mouvement ascendant de l’agriculture urbaine.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X