Réalisations

Rome découvre l’architecture moderne dans la douleur

Bravant le conservatisme architectural romain, l’américain Richard Meier a fait surgir dans le coeur historique de la ville-musée l’Ara Pacis, un écrin moderne de verre habillant un petit autel antique dédié à l’empereur Auguste, qui a été inauguré vendredi soir.

Le musée de l’Ara Pacis – littéralement l’Autel de la Paix – est « la première oeuvre d’architecture moderne dans le centre historique de Rome depuis la deuxième guerre mondiale », affirme Richard Meier dans son dossier de présentation du projet, qui a été contesté de manière très virulente dès ses premières ébauches.
La gare de Rome Termini, construite en 1939, était à ce jour le seul grand bâtiment moderne du centre historique de la ville.
« Si je devais n’utiliser qu’un seul mot pour décrire cette oeuvre, ce serait +pure+. L’essentiel dans une oeuvre architecturale est l’organisation de l’espace, et ici cette organisation est absolument parfaite. L’Ara Pacis peut prendre vie », a dit à l’AFP M. Meier lors de l’inauguration du musée vendredi soir.

Avant une ouverture au public prévue en avril, le maire de Rome Walter Veltroni avait souhaité une première inauguration le 23 septembre, 2.068 ans exactement après la naissance d’Auguste le 23 septembre de l’an 63 avant Jésus-Christ.
L’Ara Pacis est à l’origine un petit temple sacrificiel à ciel ouvert, tout de marbre blanc sculpté, construit entre l’an 13 et l’an 9 av JC pour célébrer la paix établie par l’empereur après ses victoires en Gaule et en Espagne.
En 1938, Mussolini avait fait déplacer l’autel pour le reconstruire plus près du Tibre, l’entourant d’une première construction de béton et de verre pour le protéger des intempéries.

Pour l’Ara Pacis nouveau, Richard Meier a imaginé un coffret aux façades de verre agrémentées d’acier et de travertin, cette roche calcaire qu’il a choisie beige claire et qu’il a laissée brute. Le bâtiment, très étroit et tout en longueur, a été étudié pour maintenir une température et une humidité constantes et pour protéger l’autel de la pollution et des vibrations.
Le complexe – qui comprend également un auditorium, une librairie, des salles d’exposition et une terrasse – offre une double vue, sur le Tibre et sur trois autres monuments dédiés à Auguste, un mausolée, un cadran solaire et un obélisque.
« C’est très émouvant pour moi d’être ici aujourd’hui, et je me souviens de mon tout premier voyage à Rome comme étudiant en architecture en 1955. Je suis très fier d’avoir apporté quelque chose à la beauté de cette ville », a déclaré Richard Meier devant un parterre de personnalités romaines et de journalistes.

L’oeuvre de l’architecte américain – connu en France pour avoir signé le siège de la chaîne de télévision Canal+ – continue d’être l’objet de controverses, aussi bien de la part d’architectes que des défenseurs, politiques ou associatifs, d’une Rome libre de tout bâtiment moderne.
Ainsi, vendredi soir lors de l’inauguration du musée, un homme a réussi à sauter par-dessus la barrière de chantier et a violemment apostrophé l’architecte et les officiels avant d’être maîtrisé par les forces de l’ordre.
Début septembre, une trentaine d’architectes italiens ont écrit au président de la République Carlo Azeglio Ciampi pour dénoncer « l’invasion » d’architectes étrangers dans la conception des grands projets nationaux.

Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X