Energie

Robin des Toits dépose un recours au conseil d’Etat contre Linky

L’ONG Robin des Toits, qui dénonce le risque sanitaire des ondes électromagnétiques, a annoncé mercredi  30 novembre avoir déposé un recours en Conseil d’Etat contre la généralisation du nouveau compteur  électrique Linky décidée par le gouvernement en septembre.

 L’association fait valoir «quatre défauts majeurs» dans cette décision, indique-t-elle dans un communiqué, avec des arguments d’ordre sanitaire, mais également juridiques et économiques contre le compteur «intelligent» qui doit permettre de suivre en temps réel la consommation électrique. Sans émettre d’onde radio, le compteur Linky utilise la technologie du courant porteur en ligne (CPL), qui transporte les données via les lignes électriques en émettant de très faibles quantités d’ondes électromagnétiques, qui, selon ERDF, ne sont absolument pas dangereuses car 1 500 à 2 000 fois inférieures au seuil sanitaire fixé au niveau européen. Selon Robin des Toits, le compteur Linky pourrait également violer la loi relative à l’informatique et aux libertés «avec une collecte et un traitement de données présentant un caractère excessif, eu égard à la vie privée, par rapport à la finalité recherchée». Enfin, la généralisation de Linky contreviendrait au code des marchés publics du fait de l’absence d’appel d’offres pour établir le prototype et au droit de propriété des collectivités si les compteurs devenaient la propriété du distributeur d’électricité ERDF (filiale d’EDF) au détriment des collectivités, ce qui n’est pas prévu pour le moment. Robin des Toits appelle les collectivités et les opposants au projet à s’associer à son recours.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X