Performance énergétique

RGE : la défense s’organise

Mots clés : Démarche environnementale - Politique énergétique

CAP3E, organisme spécialisé dans l’accompagnement des professionnels du bâtiment vers l’obtention des signes de qualité RGE réagit au référé en suspension déposé lundi 1er décembre par le collectif « RGE…pas comme ça » contre le décret d’application du principe d’éco-conditionnalité des aides aux travaux d’économies d’énergie, à un mois de son entrée en vigueur. CAP3E appelle à une mobilisation de tous les acteurs concernés.

« Eco-conditionnalité RGE : oui, le jeu en vaut la chandelle » ! écrit vendredi 5 décembre, CAP3E société spécialiste des qualifications en efficacité énergétique, en réaction au référé en suspension déposé lundi 1er décembre par le collectif « RGE…pas comme ça ». Si CAP3E reconnaît qu’il existe des contraintes liées à l’obtention de ce signe de qualité (complexité du montage du dossier, démarches payantes, allongement des délais), elle pointe le fait que « trois ans après la signature de la charte RGE en novembre 2011, la mise en place de cette mention est loin d’être une surprise pour la profession de la rénovation énergétique ».

Nuançant sur les difficultés évoquées par le collectif « RGE… Pas comme ça », CAP3E insiste sur « le formidable potentiel de marché et la montée en compétence de la filière que représente l’acquisition de la mention RGE », ainsi que sur les possibilités d’accompagnement des artisans, dont les siennes bien entendu. CAP3E revendique ainsi 350 sessions organisées dans ses agences partenaires qui ont permis de former 4 000 artisans sur toute l’année.

Outre les trois jours de formation nécessaires pour une formation FEEbat organisée à proximité, le montage du dossier RGE, souvent complexe, requiert du temps reconnaît toutefois CAP3E. « Bien sûr, exiger une qualification impose des contraintes. Mais le jeu en vaut la chandelle ; toute une partie du secteur de la rénovation énergétique se mobilise depuis maintenant trois ans pour être prête le jour J. Cette belle ambition du bâtiment ne doit pas être freinée. Mobilisons-nous ! C’est du renouveau de la filière qu’il s’agit », affirme Gilles Ramin, président de CAP3E.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X