Transport et infrastructures

RFF prépare la venue du TGV à Bordeaux et Toulouse

Mots clés : Transport ferroviaire

Réseau ferré de France a établi son programme de travaux pour les régions Midi-Pyrénées, Aquitaine et Poitou-Charentes. Le calendrier sera lagement dominé par la LGV Bordeaux-Toulouse avec le lancement des enquêtes publiques, et celle de Bordeaux-Tours, « parfaitement sous contrôle tant au niveau du calendrier que du financement».

Christian Dubost et Bruno de Monvallier, respectivement directeur de Réseau Ferré de France en Midi-Pyrénées et pour la région Aquitaine-Poitou-Charentes, ont chacun présenté leur programme de travaux pour 2013 les 15 et 16 janvier dernier lors de leurs voeux.

Pour la région Mid-Pyrénées, ce sera une petite année en terme de montant de travaux programmés, soit moins de 100 millions d’euros, mais elle sera décisive car seront lancées la réorganisation de la gare Matabiau de Toulouse en trois blocs indépendants, pour « optimiser la circulation des trains selon leur provenance », et la démolition du tri postal pour un coût global de 34 millions d’euros. Ce dernier chantier, qui débute cette semaine jusqu’en février, laissera la place à une quatrième voie à la gare toulousaine donnant le signal à l’arrivée attendue en 2022 du TGV.

 

200 millions de travaux en vue sur la ligne Toulouse-Tarbes

 

En 2013, RFF Midi-Pyrénénées mettra en service le doublement de la ligne entre Toulouse et Saint-Sulpice (Tarn) dans le cadre du plan-rail Midi-Pyrénées, lancera les études pour la rénovation de la ligne Toulouse-Tarbes (Hautes-Pyrénées) évaluée à plus de 200 millions d’euros, ainsi que démarrera des travaux de mise en sécurité : suppression des passages à niveau à Gourdon (Lot) et à Gimont (Gers), lancement des études préparatoires à l’enquête publique pour la suppression d’ouvrages équivalents à Muret (Haute-Garonne) et Toulouse-Montaudran. RFF achèvera aussi cette année les études préliminaires à la création d’une nouvelle halte à Labège, sur l’agglomération toulousaine, dans le cadre du prolongement de la ligne B du métro toulousain.

En matière de fret, RFF poursuit ses réflexions pour créer des plate-forme de transport de matériaux dans l’agglomération toulousaine. Elle a aussi retenu pour une durée de six ans comme prestataire général d’infrastructure (PGI) de la ligne de fret Albi-Saint-Juery-Puygouzon le groupement constitué de l’opérateur tarnais Agenia et de la filiale de droit privé de la SNCF, Sféris. 

 

Financement et calendrier confirmés pour la LGV Bordeaux-Tours

 

Du côté de RFF Aquitaine Poitou-Charentes, lors de ses vœux le 16 janvier dernier à Bordeaux, le directeur régional Bruno de Monvallier, a été formel, l’opération LGV (342 km de ligne nouvelle) entre Bordeaux et Tours est parfaitement sous contrôle tant au niveau du calendrier que du financement. Le concessionnaire Lisea a réalisé en 2012 l’essentiel des procédures administratives et a commencé les travaux de terrassement. Pour accueillir la LGV en 2017, RFF rénovera la verrière de la gare Saint-Jean à Bordeaux, un chantier de deux ans lancé en 2014 pour une trentaine de millions d’euros, et rendra accessibles les quais aux personnes à mobilité réduite, un investissement de 16 millions d’euros. Par ailleurs, la direction régionale de RFF consacrera en 2013, principalement en Aquitaine, 300 millions d’euros à la modernisation du réseau. Une voie du nouveau pont sur l’Adour, à Bayonne (Pyrénées-Atlantiques), financés intégralement par RFF pour un coût de 42 millions d’euros, sera livrée en mars 2013. Ce pont sera terminé début 2014.

Reste à savoir si le Grand projet du sud-ouest (GPSO), qui programme de créer 417 km de voies nouvelles sur six départements, entre Bordeaux et Toulouse et Bordeaux et l’Espagne, sera conservé comme un projet d’infrastructures prioritaire par le Gouvernement. Pour l’heure, les derniers éléments du tracé viennent d’être actés et « seront transmis ce mois-ci au ministère avant le lancement de trois enquêtes publiques prévues cet été, dont une dans les six départements d’Aquitaine et de Midi-Pyrénées concernés par la LGV, a précisé André Bayle, chef de mission GPSO.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X