Economie

Réseaux secs : chute de 10% de l’activité en 2015

À l’occasion de l’élection de son nouveau président, le 26 novembre,  le SNER, fédération nationale de syndicats d’entreprises de réseaux secs, a fait un bilan alarmiste de l’activité du secteur en 2015. Et il n’est pas plus optimiste pour 2016.

On ne sait toujours pas si les travaux publics ont vraiment touché le fond en 2015, mais le secteur a en tout cas continué de creuser. Et les réseaux secs (électricité, gaz, télécommunications) ne sont pas épargnés. « Les résultats seront très mauvais cette année encore. La chute d’activité devrait approcher les 10% », estime Yves Robert, ancien président du Sner, fédération nationale de syndicats régionaux d’entreprises de réseaux secs au sein de la FNTP, qui vient de passer la main à Thierry Lirola.

Les causes de cette nouvelle chute sont multiples, mais l’effondrement des prix en est l’une des principales. « Nous sommes 50 à 60% en-dessous des prix normaux », s’alarme Yves Robert. Le phénomène s’est enclenché il y a quatre ans. Les entreprises, sentant que l’activité commençait à baisser, ont...

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X