Energie

Rénovation énergétique de logements : Manuel Valls appelle les porteurs de projets à se manifester

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Efficacité énergétique - Etat et collectivités locales - Gouvernement - Politique européenne

Dans le cadre d’une communication en Conseil des ministres du 15 juillet sur le plan d’investissement européen, dit « plan Juncker », Manuel Valls invite les investisseurs privés et les collectivités territoriales à saisir l’opportunité des 400 millions d’euros de la BEI, qui concernent la rénovation de logements privés, à l’instar de la région Ile-de-France.

« Au niveau national, les investisseurs privés, les acteurs publics, en particulier les collectivités territoriales, doivent présenter des projets. Le plan Juncker ne repose pas sur des financements subventionnels ni sur un dispositif de liste nationale de projets que le Gouvernement validerait : il revient aux porteurs de projets de s’adresser directement à la Banque européenne d’investissement (BEI) », voilà le message qu’a fait passer Manuel Valls dans sa communication en Conseil des ministres du 15 juillet sur le plan Juncker. Une invitation à se mobiliser rapidement pour que le plan devienne réalité.

Le Premier ministre a rappelé, en effet, qu’en attendant que soit opérationnel d’ici la fin de l’été du Fonds européen pour les investissements stratégiques (FEIS) dont le règlement a été publié le 1er juillet au Journal Officiel de l’Union européenne, un dispositif de pré-financement des projets d’investissement par la Banque européenne d’investissement (BEI) a été installé depuis le mois d’avril. Deux programmes français de taille importante ont déjà été sélectionnés dans ce cadre : d’une part, une garantie pour les prêts de Bpifrance à hauteur de 420 M€ destinés au financement de petites et moyennes entreprises (PME) et entreprises de taille intermédiaire (ETI) innovantes ; d’autre part, des prêts à hauteur de 400 M€ pour la rénovation énergétique de logements en appui aux initiatives portées par les régions.

 

Soutien aux porteurs de projets

 

Pour accompagner la réussite de ce plan, la France apportera un co-financement, à hauteur de 8 Md€ (à l’instar de l’Allemagne, de la Pologne, et de l’Italie), via la Caisse des dépôts et consignations (CDC) et Bpifrance.
Manuel Valls a aussi rappelé que l’Etat accompagne les porteurs de projet, en les conseillant dans la préparation et la présentation de leurs dossiers, à travers « un dispositif de coordination interministérielle au sein du Commissariat général à l’investissement, qui travaille en lien étroit avec les associations de collectivités territoriales notamment ».

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X