Energie

Rénovation énergétique : adapter le modèle hollandais EnergieSprong au territoire français

Mots clés : Efficacité énergétique - Innovations - Réglementation européenne

Dans le cadre de son programme de recherche et d’innovation « Horizon 2020 », la Commission européenne finance une étude pour dupliquer en France le modèle néerlandais de massification de la rénovation énergétique. Les porteurs français du projet ont trois ans pour expérimenter le concept.

Massifier la rénovation énergétique reste un enjeu de taille. De nombreuses initiatives sont prises mais le marché, malgré les dispositifs incitatifs mis en place par l’Etat, a du mal à décoller. L’une des solutions pourrait provenir du modèle néerlandais EnergieSprong. C’est ce qu’a compris la Commission européenne en subventionnant une étude sur trois ans. Objectif : créer un nouveau marchéde la rénovation lourde par le développement de la solution EnergieSprong en France et au Royaume-Uni, en exportant et adaptant aux spécificités nationales la méthodologie néerlandaise.

 

 

Le projet français est porté par un consortium coordonné par GreenFlex, une start-up de 180 salariés qui accompagne les entreprises dans leur transition environnementale et énergétique, avec le CSTB, l’USH et le pôle Fibres Energivie. Pour la Commission européenne, la mission sera remplie si 5 000 logements rénovés EnergieSprong sont contractualisés d’ici trois ans.

 

La démarche EnergieSprong

 

En 2010, le gouvernement néerlandais s’interroge sur la meilleure façon de faire décoller la rénovation énergétique. « Il constate à la fois que les acteurs de la construction ne travaillent pas ensemble et que sans offre, il n’y a pas de demande et sans demande, il n’y a pas d’offre », résume Sébastien Delpont, directeur associé de GreenFlex. La démarche consiste alors à mettre en place une équipe dédiée, financée pendant trois ans par le gouvernement et dont la mission est d’organiser le marché. Des « facilitateurs » en quelque sorte.

La cible choisie est le logement social, notamment les maisons individuelles. « L’idée est de travailler avec plusieurs bailleurs sociaux et d’arriver à coordonner les passations de marché sur plusieurs années. Ce qui offre une meilleure visibilité et permet de faire baisser les coûts par le volume et d’obtenir davantage de qualité à iso prix », souligne Sébastien Delpont. Le cahier des charges est ambitieux avec des exigences de « zéro énergie » et associe une garantie de performances (CREM) sur 30 ans. Le surinvestissement est financé par les économies de consommations énergétiques.  « Par exemple, un bailleur qui avait décidé d’investir 40 000 euros dans la rénovation d’un logement va pouvoir bénéficier d’une enveloppe plus conséquente de 85 000 euros grâce à des système sur 30 ans et moyennant des charges locatives sur une base de 1 500 euros/an (que le locataire continue à verser). Il peut donc engager davantage de travaux », explique le directeur associé de GreenFlex.

 

Séduire les ménages

 

Reste à lever les freins des ménages, d’autant qu’aux Pays-Bas les bailleurs sociaux ne peuvent réaliser des travaux sans le consentement de leurs locataires. Une de leurs appréhensions porte sur les délais. Le problème a été résolu en imposant dans le cahier des charges une intervention d’une semaine, en site occupé. Ce qui est possible grâce à la préfabrication. Pas question pour autant de créer de l’uniformité. « Le projet comprend 80% de préfabrication, le reste est personnalisable. Le locataire est associé au choix du design, sur les bardages ou les garde-corps », ajoute Sébastien Delpont. Pour aller plus loin, le groupement qui a pris le marché offre la rénovation de la salle de bains ou de la cuisine, et remplace l’électroménager. L’objectif est, rappelons-le, le « zéro énergies » garanti. De quoi séduire les ménages.

 

Des résultats probants

 

Si, pour les 100 premières maisons, le coût de la rénovation restait élevé – 145 000 euros chacune -, il est tombé à 70 000 euros pour les 1 000 maisons supplémentaires. Et devrait encore diminuer avec les prochains contrats signés pour 10 000 logements supplémentaires, puis pour 100 000. La condition repose cependant sur l’émergence d’innovations. L’équipe néerlandaise a donc rencontré des industriels européens qui, intéressés par la démarche, ont accepté d’investir si le marché ne se limitait pas aux Pays-Bas. Pour faire connaître ses méthodes, l’équipe s’est rapprochée en France de GreenFlex, qui doit produire le même travail qu’EnergieSprong. D’où l’idée d’engager la Commission européenne et de monter un consortium avec le CSTB, l’USH et le pôle Fibres Energivie (Alsace), suivi avec intérêt par l’Ademe, la Caisse des dépôts et consignations et le Plan bâtiment durable.

 

Objectif : monter des projets pilotes

 

Depuis trois mois, le consortium a d’ores et déjà convaincu six bailleurs sociaux (ICF Habitat, Dynacité, France Loire, Neotoa, Est Métropole Habitat et Vilogia). « Notre étude est vraiment ouverte, toutes les contributions sont les bienvenues et nous souhaitons rencontrer et impliquer dans les mois à venir tous les acteurs de l’éco-système : administrations, collectivités, entreprises de construction (grandes et petites), maitrise d’œuvre et mainteneurs », indique Sébastien Delpont, qui entend lancer des projets de rénovation pilote dès le début 2017. D’abord en maisons individuelles, puis sur des bâtiments R+3 et R+8. En passant très vite à des situations réelles, il sera possible de vérifier si la démarche EnergieSprong est transposable en France. « Et, si cela fonctionne, on aura ainsi défini des bases solides et construit des modes contractuels pour massifier la rénovation énergétique », conclut Sébastien Delpont.

 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Le Moniteur Boutique
Accéder à la boutique
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X