Chantiers

Rénovation de haute voltige au château de Saumur

Mots clés : Architecture - Bâtiment d’habitation individuel

Pour redonner tout son lustre à ce joyau de l’architecture gothique, la tour sud du château de Saumur s’orne d’un splendide épi de faîtage conçu et posé par Adhénéo. Cette opération à haut risque est la plus spectaculaire d’une vaste campagne de restauration.

C’est en 1997 que la Ville de Saumur, propriétaire du château des ducs d’Anjou depuis la fin du XIXe siècle entreprend de restaurer cet édifice, fleuron de son patrimoine. Plusieurs tranches de travaux ont déjà été réalisées: l’aile sud et la tour ouest (1997-2001), la partie nord du rempart qui s’était éboulé en 2001 (2001-2007), le pont dormant (2010- 2011) et l’escalier d’honneur (2011-2012).

Depuis l’automne 2013, une tranche portant sur les façades et les couvertures du bâtiment a débuté pour quatre ans. Quatre PME, originaires de l’Anjou et adhérentes du Groupement des Monuments Historiques, se sont réunies pour constituer un groupement d’entreprises capable de rassurer le maître d’ouvrage sur sa capacité à réaliser ce chantier dans les délais impartis. C’est ainsi que les entreprises Hory-Chauvelin (mandataire), Bonnel, Fonteneau rénovation pour le lot taille de pierre et Adhénéo pour le lot couverture et ornement, ont remporté en l’appel d’offres de ce chantier de 2,88 millions d’euros (coût total du chantier: 5,2 millions d’euros HT).

La pierre de tuffeau, typique de la région de Saumur, présentait des signes de faiblesse. Sous les directives d’Arnaud de Saint-Jouan, architecte en chef des Monuments Historiques, de gros travaux ont tout d’abord été engagés sur les pierres de façades à remplacer (700 m2) ou à conserver. Les toitures du château ont également fait l’objet d’une restauration dans les règles de l’art, menée par Adhénéo. Cette intervention répartie en trois tranches, a débuté en janvier 2015 avec la mise en œuvre de 300 m2 d’ardoises Cupa MH et devrait se terminer en septembre 2015. 5 700 m2 d’échafaudages ont été installés pour assurer ces différentes interventions.

 

Un épi de faîtage de plomb de 2,4 tonnes

 

Point d’orgue de cette restauration, le 8 juillet, l’épi de faîtage de plomb de 2,4 tonnes et 12 mètres de haut a été posé sur la tour sud. «Un ouvrage de ce type n’a pas été fabriqué depuis des siècles et toutes les équipes s’y sont impliquées avec curiosité et enthousiasme. Un passage des «comptes de Macé Darne», décrivant de façon précise la façon dont un des épis a été confectionné à l’origine a servi de base au travail réalisé aujourd’hui» explique Arnaud de Saint-Jouan.

A partir des projets dessinés par l’architecte en chef, plus de six mois de travail ont été nécessaires à chaque corps de métier pour finaliser la partie dont il était responsable. Schémas, essais pour sélectionner les matériaux et les arrimages, plans d’exécution, maquettes à différentes grandeurs ont été patiemment réalisés pour aboutir au résultat final qui doit offrir toutes les garanties requises de durée dans le temps et de sécurité.

Surmonté d’une oriflamme, cet épi assure également une fonction technique en intégrant un paratonnerre. La réalisation de cet objet de ferronnerie unique en son genre a nécessité près de trois mois de travaux, effectués par l’entreprise Adhénéo du Coudray Macouard.

Grâce à une souscription lancée conjointement par la Ville de Saumur et la Fondation du Patrimoine, l’épi de faîtage a pu être orné de 15 000 feuilles d’or.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X