Chantiers

Rénovation à grande hauteur dans la capitale

Débutés en septembre 2015, les travaux de rénovation de deux tours implantées au cœur du quartier des « Orgues de Flandre », dans le 19e arrondissement, vise à réduire la consommation d’énergie primaire de ces ouvrages pour les inscrire dans le cadre du Pan Climat de la Ville de Paris.

Isoler thermiquement des immeubles de grande hauteur datant des années 70, et devenus au fil des ans de véritables passoires thermiques faute de parois et d’isolations suffisamment épaisses, n’est pas une mince affaire. Surtout lorsque l’objectif final consiste à atteindre une consommation annuelle inférieure à 80 kWhEP/m², afin que 464 logements (bâtiments annexes compris) sortent de l’étiquette énergie « D » pour intégrer la « B ». C’est probablement à cette perspective que se raccrocheront les locataires jusqu’à la fin des travaux menés par un groupement piloté par Stim Technibat. Car qui dit économie d’énergie, dit également réduction des charges de chauffage pour les habitants. Or, dans ce cas, elles seront quasiment divisées par deux pour passer de 9,34 à 5,03 euros/m²/an, selon le maître d’œuvre et gestionnaire de logements sociaux 3F.

 

Des charges de chauffage presque réduites de moitié

 

Mais avant d’en arriver là, il faudra continuer de cohabiter avec 21 plateformes automatisées dont chaque mât est installé sur un platelage situé en R+1 et ancré sur la façade, sans compter la présence d’échafaudages suspendus implantés au-delà du 15ème étage pour intervenir sur les décrochés des bâtiments. Identifiés comme la solution la plus sûre et la plus efficace pour intervenir sur ces ouvrages à la géométrie complexes, ces matériels permettent aux opérateurs de déposer dans un premier temps les éléments de façade.

 

 

Parmi ceux-ci, des carreaux de céramique initialement prévus pour jouer des variations de lumière extérieure et qui menacent aujourd’hui de se détacher subitement. Il sera ensuite temps pour les équipes de poser des panneaux de laine de roche d’une épaisseur de 16 cm recouverts de bardage métallique en acier et des menuiseries extérieures en aluminium. Restera enfin à réaliser l’isolation thermique des planchers hauts, des sous-sols et des toitures terrasse ainsi que la réfection de nombreuses étanchéités.

29 mois et 21,7 millions d’euros plus tard, ces deux tours du XXème siècle seront alors conformes au niveau d’exigence requis en ce début de 3e millénaire. Rendez-vous en fin d’année 2017 pour prendre la mesure du travail accompli, auquel il faudra ajouter l’intervention sur les réseaux internes aux bâtiments.    

 

Plus d’infos sur les matériels de chantiers avec LeMoniteurMateriels

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    166 ans de retour sur investissement

    Du pognon jeté par les fenêtres comme on en a jamais vu. Qui peut accepter pareil investissement ? 21,7 Millions pour 2 tours avec 464 logements au total pour passer de 9€/m²/an à 5€/m²/an de chauffage ? Mettons que les logements fassent en moyenne 70m² : On économise donc par an : (9-5)*464*70= 129 920 € / an On a investi 21 700 000 € Donc on met : 21 700 000 / 129 920 = 167 ans pour rembourser… Youpiii Et même si les 464 logements font 140 m² en moyenne on mets toujours 83 ans… Sachant que la loi oblige aujourd’hui les copropriétés à faire des travaux que si le retour sur investissement est inférieur à 10 ans. Cherchez l’erreur ! Embauchez moi je vais vous aider à faire vos calculs pour investir, je serai meilleur.
    Signaler un abus
  • Commenter cet article
Vous êtes intéressé par le thème Chantiers ?
  • Découvrez les Cahiers Techniques du Bâtiment
    Le magazine qui traite des innovations produits, des évolutions techniques et de l’actualité règlementaire dans tous les corps d’états.
    Voir le site

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X