Energie

Renocoop : un nouvel outil pour massifier la rénovation énergétique

Mots clés :

Efficacité énergétique

-

Logiciels - Outils d'aide

Accompagner les particuliers dans leur besoin de rénovation énergétique en sécurisant leur parcours et fédérer les acteurs, tel est l’objectif de Renocoop, la première coopérative numérique pour la rénovation énergétique que teste actuellement le BATLAB du CoDEM en Picardie. Son originalité : utiliser un scanner laser 3D permettant de reconstituer et partager une maquette numérique du bien à rénover.

Renocoop, la première coopérative numérique pour la rénovation énergétique, est une plateforme web permettant d’accompagner les propriétaires de maison individuelle depuis leur besoin de rénovation, en passant par un diagnostic de l’état actuel, jusqu’à la livraison des travaux, en passant par la mise en relation avec la chaîne d’acteurs de la rénovation. L’objectif est bien sûr de massifier la rénovation énergétique, marché encore de niche, alors que le potentiel est énorme. Pour ce faire, il est indispensable de sécuriser la démarche des ménages, les accompagner, les mettre en relation avec les professionnels du bâtiment (maîtres d’œuvre et artisans/entreprises du bâtiment) et que ces derniers puissent se fédérer autour d’une offre et donc restaurer la confiance entre les parties prenantes d’un projet de rénovation.

« Au 21è siècle, rénover ne peut plus être une aventure incertaine pour les clients comme pour les acteurs de la construction », explique Blaise Dupré, directeur du CoDEM- Le BATLAB Picardie, plateforme technologie référente nationale pour le développement des écomatériaux pour la construction et la rénovation (Amiens), à l’origine du projet. Deux co-fondateurs se sont associés pour développer Renocoop, Blaise Dupré, spécialiste des processus qualité, assisté de toute son équipe Codem, et Dominique Lefaivre,  professeur à l’école d’ingénieur ISABTP, ancien directeur du cluster du Pays Basque et expert en innovation du BTP, notamment les technologies de scan3D, de BIM et de regroupements d’acteurs et d’artisans de la construction en mode coopératif.

 

Accompagner les ménages et fédérer les acteurs


Au départ, tout est parti d’un constat: les ménages, même les plus volontaires, baissent les bras face à la complexité de leur projet de rénovation et la multiplicité des interlocuteurs. Par ailleurs, ils sont souvent plus attirés par l’embellissement et le confort de leur logement que par la rénovation énergétique en elle-même. « Fruit de nos réflexions et partenariats, nous avons analysé les comportements d’achats des particuliers en vue de l’amélioration de leurs logements, et nous avons ainsi focalisé notre attention sur les freins au développement des projets de rénovation, tant du côté des propriétaires que de la chaîne des acteurs de la rénovation, explique Blaise Dupré. L’objectif est d’établir une relation de confiance et de fiabilité, et d’éliminer le caractère anxiogène de la relation client/entreprise dans un projet de rénovation ». Cet objectif se traduit dans une plateforme de services numériques pour les clients et les acteurs ; « une plateforme entre Facebook et Booking ».

A partir d’un diagnostic de l’état actuel du bien réalisé et grâce à l’utilisation d’un scanner laser 3D, Renocoop fournit à la chaîne des professionnels des données numériques en 3D très précises et facilement accessibles (Smartphone, tablette, etc.). Cet outil permet à chaque entreprise de fournir des propositions de travaux et d’établir une carte vitale du logement. Rénocoop se charge également d’accompagner les particuliers pendant la réalisation des travaux, travaux qui seront évalués par les équipes internes et par les clients. L’accompagnement des ménages dans leur financement est assuré par le Conseil régional  de Picardie qui s’est doté d’un « Service public de l’efficacité énergétique » (SPEE).
L’autre intérêt de ce système est qu’il permet de fédérer des acteurs (architectes, bureaux d’études et artisans/entreprises) et de favoriser les groupements.

Aujourd’hui en période de test en Picardie, le dispositif devrait prendre son envol en 2016, à travers la création de filiales locales/régionales, ou sous forme de franchise, portées par une agglomération ou des opérateurs privés. Début d’année, un comité de développement national sera créé pour assurer le déploiement du concept  sur l’ensemble du territoire.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X