Performance énergétique

Réglementation Bâtiment Responsable 2020 : les industriels de l’efficacité énergétique posent leurs bases

Mots clés : Efficacité énergétique - Politique énergétique - Réglementation thermique et énergétique

Le Cercle Promodul, porteur du plan « Rénovation thermique des bâtiments » de la Nouvelle France Industrielle, publie mardi 17 novembre un rapport intitulé « De la RT 2012 au bâtiment responsable et environnemental : quels axes et orientations privilégier pour la future réglementation ? » Il pose les bases essentielles sur lesquelles devra s’appuyer la future RBR 2020 en préparation pour être pleinement efficace.

En cours de mise au point pour une mise en application prochaine, la future « Réglementation Bâtiment Responsable 2020 » est la prochaine étape qui doit fixer les nouvelles exigences pour faire des bâtiments des bâtiments à énergie positive, aux émissions de gaz à effet de serre réduites tant au moment de la construction que lors de l’exploitation et aux critères relatifs au bien-être des occupants (confort d’été, qualité de l’air intérieur, isolation phonique) renforcés.

Pour que cette future réglementation thermique et environnementale permette d’atteindre les objectifs ambitieux (et maitrisés) qui lui sont fixés, le Cercle Promodul,porteur du plan « Rénovation thermique des bâtiments » de la Nouvelle France Industrielle, qui réunit 71 acteurs impliqués dans la filière de la performance énergétique et du confort des bâtiments, a rédigé un rapport intitulé « De la RT 2012 au bâtiment responsable et environnemental : quels axes et orientations privilégier pour la future réglementation ? »

Le but de ce rapport, construit autour de 5 chapitres : analyser, rassembler et présenter les points de progrès et de vigilance forts à prendre en compte « impérativement ».

 

L’approche

 

Premier point primordial pour ces industriels, respecter justement l’échelle du « temps industriel » pour garantir la qualité des produits et systèmes en adéquation avec les exigences de la réglementation. De bons produits qui devront être accompagnés d’une stabilité réglementaire avec des objectifs précis pour permettre un amortissement économique de la recherche ;

Alors que le raisonnement devra à l’avenir porter sur la durée de vie entière du bâtiment, les professionnels estiment que dès sa conception, un calcul en coût global direct intégrant les coûts de construction et de fonctionnement permettra le choix des solutions les plus efficientes.

 

Bâtiment performant

 

Le rapport du Cercle Promodul souligne également les points importants qui aideront à atteindre les objectifs ambitieux de division par 4 des émissions de gaz à effet de serre fixés à l’horizon 2050 :

– Le bâtiment performant doit être constitué d’une enveloppe performante, la moins déperditive possible, conjugué à des systèmes actifs de haute performance tout en respectant les principes posés par l’Union Européenne et garantissant le confort des occupants. En particulier la qualité de l’air intérieur, devra être un point clé en définissant les débits d’air neuf tenant compte du taux d’occupation mais aussi des émissions de polluants (construction, ameublement, équipement…). Il en est de même pour le calcul de la part des énergies renouvelables qui doit être en phase avec le mode de calcul européen.

– L’impératif de produire des indicateurs environnementaux d’une ACV (Analyse du Cycle de Vie) du bâtiment et de remettre à l’occupant des moyens nécessaires à la bonne gestion de la performance et du confort grâce à des outils clairs et simples de sa consommation d’énergie.

 

Occupants responsables

 

Pour Promodul, il est essentiel pour responsabilier les occupants des bâtiments de leur fournir des outils d’information et de gestion clairs et simples de leur consommation énergétique par usage. Promodul propose ainsi la création d’un indicateur fondé sur des scénarios (sobre, normal, peu sobre), introduit avec la performance globale et remis avec les clefs à l’occupant. Le Cercle promodul propose aussi la mise en place de contrats de performance énergétique.

 

Méthodes

 

Principale préconisation de Promodul pour la future réglementation : garder le Bbio comme indicateur de la performance du bâti. « Il faudra veiller à en abaisser la valur maximale et affiner les classes d’inertie des bâtiments et travailler de manière homogène sur les surfaces en prenant la surface habitable ou utile comme critère », juge Promodul. Qui estime par ailleurs que la réglementation devra prendre en compte les contraintes environnementales (Promodul propose un indicateur et une modulation des exigences de consommation d’énergie selon les émissions réelles de GES) ; valoriser le pourcentage d’ENR et introduire une garantie de performance énergétique.

 

 

Aller plus loin

 

Les retours d’expériences, l’innovation technologique facilitée par des temps courts de mise sur le marché tout en mettant en avant les produits émergents et performants, évalués sur la base de critères homogènes et normalisés permettront d’accentuer les effets d’une réglementation ambitieuse, estime le Cercle Promodul.

 

Se procurer le rapport

 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X