Commande publique

Réforme des marchés publics : le CNEN donne sa bénédiction à trois projets de textes

Mots clés : Etat et collectivités locales - Normalisation - Marquage CE

Le Conseil national d’évaluation des normes (CNEN) vient de rendre un avis favorable sur le projet de décret modifiant la réforme des marchés publics et les deux projets d’arrêtés en matière de dématérialisation. La mutualisation des moyens serait LA solution pour les collectivités soumises à l’obligation d’ouvrir les données essentielles de leurs contrats.

Les textes attendus pour compléter la réforme des marchés publics seront bientôt connus. Ils ont du moins franchi l’étape du Conseil national d’évaluation des normes (CNEN) après un premier échec en janvier. Lors de sa séance du 9 février, l’instance a émis un avis favorable sur trois projets : le décret portant diverses dispositions en matière de commande publique, l’arrêté relatif aux données essentielles dans la commande publique et l’arrêté sur les fonctionnalités et les exigences minimales des profils acheteurs. La publication au « Journal officiel » de ces trois textes réglementaires est prévue pour le premier trimestre.

 

La mutualisation, LA solution

 

L’instance chargée d’évaluer les normes applicables aux collectivités locales avait en effet rendu un avis défavorable sur les textes le 19 janvier parce qu’ils prévoyaient « un dispositif inadapté » aux petites collectivités disposant de ressources insuffisantes pour se conformer aux obligations en matière d’open data. Le projet de décret instaure, en effet, un seuil de 25 000 euros au-dessus duquel les acheteurs doivent se conformer à l’obligation d’ouvrir les données essentielles de leurs contrats. Un seuil jugé « trop bas » par les représentants des élus locaux.

Lors du second examen des textes le 9 février, suite au rapport de Jean Maïa, directeur des affaires juridiques de Bercy, le CNEN a constaté que la notice des trois projets de textes soumis mentionnait l’autorisation explicite de recourir « aux solutions de mutualisation afin de permettre aux collectivités territoriales dont les moyens financiers et humains sont les plus réduits de faire face aux nouvelles obligations d’ouverture des données des marchés publics ». Ce qui « apparaît comme de nature à en réduire significativement l’impact financier ».

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X