Commande publique

Réduction du montant payé directement au sous-traitant : la modification du sous-traité s’impose

Mots clés : Maîtrise d'ouvrage

La modification, par le maître d’ouvrage public et l’entreprise principale, de l’acte spécial de sous-traitance, ne saurait faire échec à l’application du contrat de sous-traitance. Le Conseil d’Etat souligne qu’en pareil cas, c’est ce contrat qu’il faut retoucher pour pouvoir appliquer au sous-traitant une réduction de son paiement direct.

Par une décision du 27 janvier 2017, le Conseil d’Etat rappelle les conditions dans lesquelles le montant des prestations devant être réglées directement au sous-traitant par le maître d’ouvrage public peut être réduit.

La sous-traitance d’un marché public est en premier lieu caractérisée par la conclusion d’un contrat entre l’entreprise titulaire du marché et son sous-traitant, désigné sous les termes « sous-traité » ou encore « contrat de sous-traitance ». Ce contrat définit les conditions dans lesquelles le sous-traitant se voit confier par l’entreprise principale l’exécution d’une partie des prestations prévues dans le marché conclu avec le maître d’ouvrage (nature des prestations, prix, modalités de variation du prix, délais, garanties…).

L’acte spécial de sous-traitance, qui matérialise l’acceptation et l’agrément des conditions de paiement du sous-traitant par le maître d’ouvrage (formulaire DC4), n’est finalement que le reflet des conditions convenues contractuellement entre le sous-traitant et l’entreprise principale dans le sous-traité.

Cependant, si l’acte spécial se distingue formellement et matériellement du contrat de sous-traitance, il en dépend néanmoins. C’est ce que rappelle le Conseil d’Etat dans une décision du 27 janvier 2017. En l’espèce, un litige est né du fait que le sous-traitant réclamait au maître d’ouvrage le paiement direct du montant convenu dans le contrat de sous-traitance et repris dans un acte spécial ; montant que le maître d’ouvrage et le titulaire du marché avaient par la suite réduit par un acte spécial modificatif dans le but de tenir compte des conditions dans lesquelles les prestations sous-traitées avaient été exécutées.
Or, à défaut de modification du sous-traité portant sur la quantité ou la nature des prestations confiées au sous-traitant ou sur le montant de celles-ci, un acte spécial modificatif signé par le maître d’ouvrage et le titulaire du marché ne peut valablement réduire le montant ouvrant droit au paiement direct du sous-traitant, tel que convenu initialement par le sous-traité.

Le Conseil d’Etat rappelle toutefois que le droit à paiement direct dont bénéficie le sous-traitant sur le fondement du sous-traité et de l’acte spécial qui en découle ne s’oppose pas à ce que le maître d’ouvrage puisse contrôler la réalité du service fait par le sous-traitant.


Effet relatif

 

Cette décision est une illustration du principe de l’effet relatif du contrat de sous-traitance et du caractère accessoire que revêt l’acte spécial par rapport à ce contrat. Les termes du contrat de sous-traitance conditionnent le contenu de l’acte spécial et, partant, les conditions de paiement direct du sous-traitant par le maître d’ouvrage. La réciproque n’opère pas : la modification de l’acte spécial ne saurait faire échec à l’application du contrat de sous-traitance.

Toutefois, il semble possible d’admettre que la décision du Conseil d’Etat eut été différente si l’acte spécial modificatif avait également été signé par le sous-traitant. Cette formalité aurait alors témoigné de la renonciation de ce dernier à percevoir la somme initialement convenue contractuellement, emportant ainsi modification implicite du sous-traité.

On comprend dès lors l’intérêt qui s’attache à ce que le sous-traitant signe l’acte spécial, signature que le juge administratif semble d’ailleurs exiger (*).


CE, 27 janvier 2017, n° 397311

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X