Performance énergétique

Réduction du CO2 et des consommations d’énergie : le bâtiment doit mieux faire

Mots clés : Air - Démarche environnementale

Selon le troisième tableau de bord du Plan Bâtiment Durable publié le 9 novembre, le secteur résidentiel-tertiaire a amorcé une diminution de ses émissions de gaz à effet de serre et une stabilisation de sa consommation d’énergie. Mais le rythme est insuffisant pour atteindre les objectifs de la loi de transition énergétique.

Le Plan Bâtiment Durable a publié le 9 novembre la troisième édition de son tableau de bord. Réalisé avec le soutien du CSTB à partir de données publiques, ce document (téléchargeable ici)  a pour objectif de présenter  «  une photographie à fin 2014 de la dynamique de construction et de rénovation énergétique en France et au regard des différents objectifs fixés ». Malgré le décalage de calendrier de près de deux ans, dû à la disponibilité des données statistiques, l’étude donne une idée du chemin parcouru et de celui qui reste à faire au regard des objectifs ambitieux fixés pour le secteur en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre et de baisse des consommations d’énergie. Le résultat est mitigé. « Si les évolutions vont dans le bon sens, la diminution des émissions de gaz à effet de serre ne se fait pas encore à un rythme suffisant, regrette Philippe Pelletier, avocat et président du Plan Bâtiment Durable. Il faut augmenter l’ampleur et l’efficacité des efforts fournis pour demeurer sur la bonne trajectoire. »

Un constat partagé par la Cour des comptes qui, dans un rapport publié le 8 novembre, a notamment critiqué le manque de résultats des dispositifs fiscaux d’incitation pour la rénovation énergétique (CITE, éco-PTZ, TVA à 5,5 %).

 

Baisse des émissions de CO² et stabilisation de la consommation d’énergie…

 

Le tableau de bord révèle ainsi que les émissions de CO2 ont diminué de 12 % dans le secteur résidentiel-tertiaire depuis 1990 et les consommations d’énergie ont connu une stabilisation, voire une diminution ces dernières années pour les énergies fossiles (- 1,6 % par an entre 2002 et 2014). Si la dynamique semble installée, elle devra cependant s’accélérer pour atteindre les objectifs fixés.

Les efforts demandés au secteur résidentiel-tertiaire sont importants et, pour atteindre les objectifs, il faudra une baisse de 60 % des émissions CO2 d’ici 2028-2030. « Il est donc nécessaire de poursuivre les efforts fournis depuis plusieurs années et d’en augmenter l’ampleur pour demeurer sur la bonne trajectoire », indique le tableau de bord. Ainsi une baisse de 6,3 % par an des émissions CO2 dans le secteur résidentiel-tertiaire est nécessaire d’ici 2030 alors qu’elle était, jusqu’à présent, limitée à 1,5 % par an entre 2007 et 2014.

« Ces éléments montrent bien l’ampleur du chemin restant à parcourir, mais également les premiers résultats satisfaisants des politiques menées en termes d’efficacité énergétique du bâtiment », tempère le Plan Bâtiment Durable qui encourage les professionnels de la construction et de l’immobilier à poursuivre leurs efforts.

 

… Malgré une forte hausse des surfaces chauffées

 

Cette édition du tableau de bord s’attache, en particulier, à effectuer une analyse poussée des émissions CO2 du secteur résidentiel-tertiaire à travers différents facteurs. Ainsi les émissions du secteur sont le produit des surfaces, des consommations énergétiques unitaires et du facteur d’émission. Ainsi, la baisse des émissions de CO2 sur la période 1990-2014 s’explique par la baisse conjuguée des consommations unitaires et du facteur d’émission, alors que dans le même temps les surfaces chauffées ont augmenté de 34 %. Le tableau de bord note cependant que ces baisses diffèrent entre le résidentiel et le tertiaire : dans ce dernier, on remarque une moindre baisse des consommations unitaires,  due à l’impact de l’électricité spécifique, mais une forte baisse du facteur d’émission, le tertiaire étant très sensible au contenu CO2 de l’électricité, et inversement pour le résidentiel.

D’autres indicateurs sont publiés dans cette troisième édition du tableau de bord.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    les résultats ne sont pas là : et cela vous etonne ?

    j ai personnellement plus de 1000 logements bloqués (représentant plusieurs copropriétés) pour lesquels le syndic attend toujours l’instruction des demandes de subventions pour les diagnostics globaux (architectes thermiciens)! D autres sont bloqués en attente de la définition du DTG Diagnostic Technique Global annoncé il y a plus d’un an ! Au fait, c’ est pour quand le choc de simplification administrative ? Francois PELEGRIN, architecte, urbaniste
    Signaler un abus
  • Commenter cet article
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X