Environnement

Réduction des émissions de GES: l’Union Européenne doit être l’exemple pour le reste du monde

L’Union européenne devait arrêter vendredi 6 mars, au cours d’une réunion des ministres de l’Environnement, sa contribution pour la conférence de Paris sur le climat en décembre (COP21) sur la base de la communication de la Commission publiée le 25 février.

« Si l’Europe a une énergie d’avance, alors les autres parties du monde suivront », a soutenu la ministre française de l’Environnement, du Développement durable de l’Énergie au cours d’un point presse à l’issue de la réunion des ministres de l’Énergie de l’UE qui s’est tenue jeudi 5 mars.

Ségolène Royal mise sur l’effet d’entraînement de l’engagement européen pour pousser les autres grands pollueurs à se montrer à la hauteur et réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. L’Union européenne, qui émet 9 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES), va s’engager à les réduire « d’au moins 40 % par rapport à leurs niveaux de 1990 pour 2030 ».

Un engagement qui doit être endossé formellement par les dirigeants de l’UE lors de leur sommet les 19 et 20 mars à Bruxelles. « Nous devons accélérer les choses pour que le 20 mars soit un moment très fort et visible sur l’ensemble de la planète », a souligné la ministre, ajoutant « je souhaite que le 20 mars, l’Union européenne donne quelque chose à voir de solennel, de beau, qui ait du souffle, de l’ambition. »

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X