Marchés privés

Réduction des délais de paiement : un impact de « 3 milliards d’euros » pour les PME

La réduction des délais de paiement est « globalement appliquée », a indiqué le secrétaire d’Etat chargé des PME, Frédéric Lefebvre.

La mise en œuvre de la réduction des délais de paiement, prévue par la loi de modernisation de l’économie (cliquez ici), pour ramener les délais de paiement entre clients et fournisseurs à 60 jours calendaires, s’est traduite par une baisse de 4 jours de chiffre d’affaires pour les délais clients et de 6 jours pour les délais fournissseurs, entre 2007 et 2009. « Au 1er janvier 2010, le délai de paiement était de 49 jours pour le crédit clients et 56 jours d’achat pour le crédit fournisseurs », a précisé Frédéric Lefebvre.

Avant la Loi de modernisation de l’économie, « les délais français étaient nettement supérieurs à la moyenne européenne » avec 67 jours contre 57 jours pour les pays voisins, a-t-il rappelé.
La réduction des délais de paiements a permis aux PME de récupérer environ 3 milliards d’euros de paiements plus rapidement qu’auparavant, selon le secrétaire d’Etat, qui a fait le point sur son application lundi avec l’Observatoire des délais de paiement.
Estimant que cette mesure a été « un bon amortisseur de crise », Frédéric Lefebvre souhaite qu’elle soit aussi « un accélérateur de croissance pour la sortie de crise ». Les entreprises peuvent ainsi mieux maîtriser le besoin en fonds de roulement, ainsi que le risque client.

Certains secteurs bénéficient actuellement d’un cadre dérogatoire (bâtiment, bricolage…). Frédéric Lefebvre a demandé à Jean-Hervé Lorenzi, le nouveau président  de l’Observatoire des délais de paiement, de lui présenter un rapport sur le sujet en avril 2011, et l’a invité à formuler des propositions pour accompagner les entreprises à la fin des accords dérogatoires. Par exemple via la création de « chartes de bonnes pratiques signées par les différents acteurs », avec l’Etat comme « témoin engagé ».

La réduction des délais de paiement est « absolument vitale pour la survie de milliers de petites entreprises », et « ça suppose que tout le monde joue le jeu, les grandes entreprises, l’Etat, les collectivités locales », a souligné Jean-Hervé Lorenzi.

Nouveau palier depuis le 1er janvier

La pression actuelle sur les trésoreries des entreprises ne devrait guère se relâcher.
Depuis le 1er janvier, un nouveau palier de réduction des délais de paiement entre entreprises a été franchi.
Les sociétés dont l’activité relève des fédérations signataires de l’accord « Produits acier pour la construction » doivent payer leurs fournisseurs à 45 jours fin de mois (soit le délai légal). Celles relevant des accords « Matériaux pour le BTP », « Sanitaire chauffage-matériel électrique » et des deux accords « Outillage » voient les délais passer de 60 à 50 jours fin de mois avant d’atteindre, au 1er janvier 2012, les 45 jours.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X