Droit de la construction Construction

Réception tacite de l’ouvrage : la Cour de cassation rappelle les règles du jeu

Mots clés : Jurisprudence

L’achèvement des travaux, tout comme l’absence de malfaçons, ne constituent pas des conditions de la réception tacite de l’ouvrage. La grille d’analyse est ailleurs. Explication par la Haute juridiction.

En l’espèce, un maître d’ouvrage entreprend, avec l’assistance d’un maître d’œuvre et d’un constructeur, des travaux de rénovation de plusieurs maisons d’habitation. Exposé à des difficultés financières et placé en liquidation judiciaire, le constructeur résilie les marchés passés avec le maître d’ouvrage qui assigne ce dernier, le maître d’œuvre, ainsi que leurs assureurs, après expertise, en indemnisation eu égard aux nombreuses malfaçons de l’ouvrage.

Suite à la résiliation des marchés par le...

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X