Innovation produits

Réalité augmentée, impression 3D : Batimat zoome sur les technologies qui vont aider la construction

Mots clés :

Lieux de travail

Sur le salon Batimat qui se déroule jusqu’au 6 novembre à Paris-Nord Villepinte, l’espace prospectif « Bâtiment du futur » prouve que les start-up technologiques vont certes changer les usages dans la construction, mais surtout aider ses acteurs.

C’est encore un espace confidentiel au milieu d’un des nombreux halls que compte le Mondial du bâtiment 2015. Mais il a suscité la curiosité de Sylvia Pinel, ministre du Logement, venue inaugurer le salon mardi 3 novembre. Sur à peine plus de 300 mètres carré, dans la zone « Bâtiment du futur », une dizaine de start-up ont décidé de venir challenger les acteurs établis. Leurs atouts ? Les nouvelles technologies que sont la réalité augmentée et l’impression 3D. Les grandes tendances qui touchent l’industrie automobile ou aéronautique depuis maintenant plusieurs années commencent enfin à gagner le secteur du bâtiment et de la construction.

La start-up XtreeE, par exemple, présente un démonstrateur de fabrication additive (impression 3D) à grande échelle. En partenariat avec LafargeHolcim, ABB et Dassault Systèmes, cette jeune pousse issue d’un projet universitaire mené au sein du laboratoire PIMM du Conservatoire National des Arts et Métiers par des élèves architectes de l’ENSA Paris-Malaquais entend bien révolutionner la construction. Sa particularité est de produire, grâce au procédé d’impression 3D, des formes géométriques complexes à forte valeur ajoutée, pour l’instant uniquement en béton et en argile. « Pour des questions normatives, nous ne pouvons aujourd’hui fabriquer que des coffrages perdus. Nous commençons à avoir des commandes, notamment pour des éléments architecturaux tels que des poteaux structurels », décrit Clément Gosselin, l’un des co-fondateurs de XtreeE. « Aujourd’hui nous fabriquons nous-mêmes car nous devons convaincre de la faisabilité de notre projet, mais, à terme, notre vocation sera davantage de conseiller des acteurs venant nous voir avec un projet de fabrication additive ». Sa valeur ajoutée, la start-up la puise dans son noyau dur constitué d’architectes confirmés et fraîchement diplômés, bien au fait des contraintes de mise en oeuvre. Elle produira, en 2016, avec le concours de ses partenaires industriels, un pavillon de démonstration de forme cubique de trois mètres de côté présentant quatre éléments architecturaux complexes.

Après l’impression 3D, la réalité augmentée. C’est essentiellement pour le marché de la rénovation que l’éditeur Levels3D a imaginé une application mobile permettant de scanner, en temps réel, une pièce grâce à une tablette tactile. Le nuage de points généré peut ensuite être téléchargé dans un logiciel de conception pour être exploité. Deux ans de recherche et développement ont été nécessaires au lancement de « MyCaptR » par la start-up à la fin de l’année. « Notre application s’adresse surtout aux architectes, bureaux d’études ou entreprises générales, qui souhaitent modéliser rapidement et de manière très précise un chantier », explique Sarah Haye, responsable produit. « A terme, nos produits vont tendre vers la réalité augmentée » pour permettre, par exemple, d’intégrer des éléments 3D dans la maquette.

Point commun à ces deux start-up : elles intégreront bientôt le nouvel incubateur Le Cargo situé dans les anciens entrepôts du boulevard Macdonald, dans le nord-est de Paris.

Focus

L’espace « Bâtiment du futur »

Dix start-up sont regroupées au sein de l’espace « Bâtiment du futur » du salon Batimat (hall 5B) jusqu’au 6 novembre : XtreeE, Levels3D, Arveni (interrupteur sans fil et sans pile), Artefacto (application de réalité augmentée Urbasee), Blockbase (application BulldozAIR pour le suivi de chantier du bâtiment), Keolya (solution d’optimisation des énergies et d’amélioration du confort), datBIM (catalogue numérique de la construction), MiddleVR (réalité augmentée), Oculus (réalité augmentée), Twinmotion (visualisation temps réel et immersion 3D), Realiz (cube de réalité virtuelle immersive) et Wi6labse (réseaux de capteurs sécurisés, sans fils, et économes en énergie).

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X