Construction Numérique

Radiateur numérique et connecté : une première mondiale en Gironde

Mots clés :

Bâtiments d’habitation

-

Chauffage - froid

-

Lieux de travail

-

Chauffage - froid

La start-up Qarnot Computing, le conseil départemental de la Gironde et Gironde habitat expérimentent le chauffage gratuit de logements et bureaux. Une nouvelle génération de radiateur numérique Q.Rad qui sera présentée au congrès du CES de Las Vegas, en janvier prochain.

Une primeur «mondiale» a été présentée le 3 décembre dans les locaux du conseil départemental de la Gironde: un projet de chauffage gratuit et intelligent. Le conseil départemental et l’office Gironde Habitat vont mettre en œuvre la nouvelle génération de radiateurs numériques Q.Rad qui utilisent la chaleur des processeurs. Chaleur gratuite donc pour l’usager, puisque la société Qarnot Computing commercialise la capacité de calcul des processeurs, assure la maintenance et la mise à jour des radiateurs. La start-up, fondée par Paul Benoît et Miroslav Svierzeny, expérimente depuis deux ans le radiateur numérique (calcul/chaleur) dans une centaine de logements avec la Régie de Paris. Des équipements entièrement réalisés en France, de l’extrusion en aluminium au gainage et au capot en Corian.

Avec ce nouvel investissement, le département et Gironde habitat vont tester les radiateurs de deuxième génération, en exclusivité, puisqu’ils sont développés pour ce contrat. Ils permettent des utilisations nouvelles: déclenchement d’alertes, accès internet Wi-Fi, interfaces domotiques, etc.

Jean-Luc Gleyze, président du conseil départemental de la Gironde, le résume clairement: «il s’agit de transformer de la puissance de calcul en chauffage. Une innovation technologique, que nous soutenons financièrement pour la mettre au service de l’innovation sociale et écologique. Elle nous permet d’allier innovation sociale, pour chauffer gratuitement des ménages, et réalisation de vraies économies en matière d’émissions de CO2».

 

Utiliser la puissance de calcul pour chauffer des logements

 

«Au départ, explique Paul Benoît, cofondateur et président de Qarnot Computing, nous sommes partis du constat du gaspillage immense des centres de données, responsables de 7% de la consommation électrique (alimentation et refroidissement) en France. Nous avons développé des logiciels et assemblé des «radiateurs» réalisés en France, comportant des centaines de processeurs, et dont nous commercialisons la capacité de calcul. De nombreux clients sont intéressés par le potentiel énorme de développement du système qui délocalise en autant de radiateurs la puissance de calcul, et assure au passage du chauffage gratuitement».

Miroslav Sviezeny, cofondateur de Qarnot Computing, complète la description: «Nos clients sont des banques, l’animation 3D (studio Disney), IBM, Microsoft et tous les développeurs de programmes, à qui nous proposons un coût de traitement de 2 à 4 fois inférieur à celui d’un centre de données. Nous développons aussi une offre «cloud» pour les PME, ou des producteurs indépendants».

 

Le département de la Gironde prend le risque pour innover

 

L’avantage économique pour l’opérateur comme Gironde Habitat, tient notamment au fait que Qarnot Computing prend en charge la maintenance des radiateurs numériques, car la mise à jour des processeurs, tous les 3 à 4 ans, est indispensable pour être compétitif. A Paris, les radiateurs de première génération étaient simplement équipés de processeurs. Ceux de Bordeaux seront de nouvelle génération, évolutifs, permettant par exemple de calculer l’hygrométrie et le niveau de CO2 dans chaque pièce d’un logement, de recharger son portable par induction, de proposer gratuitement l’internet haut débit en Wi-Fi. «Le radiateur est alimenté par une prise Internet haut débit, si possible en fibre optique, précise Miroslav Sviezeny, donc nous pouvons aisément proposer un accès internet aux occupants du logement via le Wi-Fi».

«Un atout clé», pour Martine Jardiné, présidente de Gironde Habitat, qui va expérimenter le procédé pour chauffer et connecter 49 logements sociaux, dont 15 en PLAI. «C’est une innovation majeure pour lutter contre la précarité énergétique de nos locataires. En Gironde, la précarité énergétique touche 14% des ménages, soit 88 000 ménages. Dans cette première opération, le chauffage sera gratuit pour les locataires».

 

600 000 euros pour le département

 

Cette fois-ci, l’innovation ne sera pas réservée aux plus riches. «75% de nos habitants sont connectés à Internet, contrairement à une idée reçue. Mais on ne pourrait pas développer cet investissement de 875 000 euros pour 346 radiateurs sans l’aide du département».

«Le surcoût de l’investissement, supporté à plus de 70% par le conseil départemental, ne sera pas répercuté sur les charges locatives. Il sera amorti en 9 ans seulement d’exploitation. Au terme desquels, nous aurons du chauffage littéralement gratuit» se félicite Sigrid Monnier, directrice générale de Gironde Habitat. L’office apporte 260 000 euros et le département environ 600 000 euros dans la corbeille. Qarnot Computing assure la maintenance mais remboursera également les factures d’électricité liées au fonctionnement des Q.Rad au Département. «Après neuf ans, le chauffage sera gratuit. La maintenance et le remplacement des équipements sont pris en charge par Qarnot Computing. Enfin, la société embauchera localement une personne chargée de l’entretien et de la prise en main des radiateurs», précise la directrice.

«A Paris, le test fonctionne bien, et nous avons amélioré les retours des habitants, comme intégrer des touches là où le réglage tactile était inutilisable par une personne malvoyante» complète Miroslav Sviezeny. Autre énorme avantage pour le radiateur numérique: il est évolutif, et les services qui lui sont associés, vont évoluer au fil des possibilités du marché.

 

Saisonnalité des besoins

 

Quid de la capacité de calcul en été ? «C’est l’atout de notre logiciel, de dispatcher la capacité de calcul en fonction des besoins. Il y aura forcément une saisonnalité, mais on peut faire tourner les radiateurs sans qu’ils chauffent. A l’inverse, chaque habitant pourra «booster» le chauffage, ce qui lance un appel à calcul dans notre base. Nous avons toujours un matelas de calculs en réserve à cette fin» précise Paul Benoît.

Quant au risque de piratage des données, il est nul, assurent les cofondateurs: outre l’encodage des données, le réseau fibre optique qui alimente les radiateurs, les Q.Rad ne contiennent pas des données (disques durs), mais uniquement des processeurs dont on utilise la capacité de calcul.

C’est le cabinet d’architectes bordelais Moon Safari qui va réaliser le bâtiment BBC sur le secteur du Grand Parc, au nord de Bordeaux. Au rez-de-chaussée, un pôle départemental de solidarité surmonté de deux niveaux de logements sociaux. Démarrage des travaux mi 2016 pour une livraison attendue fin 2017.

«C’est une première étape, poursuit le président Jean-Luc Gleyze, nous comptons déployer cette technologie sur d’autres équipements: collèges, écoles primaires, salles culturelles». Qarnot Computing vise également le marché prometteur des Ephad et va présenter ses nouveaux modèles au salon «International Consumer Electronics Show» de Las Vegas en janvier prochain.

 

Focus

Comment ça marche ?

Paul Benoît, ingénieur X Télécom, fondateur de Qarnot Computing explique: «Nous avons a eu l’idée d’utiliser la chaleur produite par les serveurs informatiques pour chauffer gratuitement bureaux et appartements. Ce n’est pas la chaleur qui est apportée dans les locaux, mais le calcul effectué directement sur des processeurs installés dans un radiateur. L’utilisateur branche le radiateur sur une prise Internet et règle le thermostat à la température souhaitée. Notre société envoie des calculs à effectuer pour atteindre et maintenir cette température».

100 logements de la Régie immobilière de la Ville de Paris (RIVP) sont équipés depuis 2 ans. En Gironde, l’expérimentation porte sur 346 radiateurs déployés sur l’immeuble de bureaux du conseil départemental et 49 logements sociaux pour un montant de 865 000 euros.

Qarnot Computing envisage la vente aux particuliers dès 2017.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X