Réalisations

Qui sont les maîtres d’oeuvre du bâtiment ? (épisode 3/3 : les BET et les économistes)

Pour le dernier épisode de cet état des lieux de la maîtrise d’œuvre tiré de l’étude de Développement Construction, nous nous attarderons sur les BET et des économistes de la construction, dont le rôle dans le processus de prescription s’est accru, même s’il est très variable selon les cas.

D’une manière générale, le BET demeure un sous-traitant du maître d’oeuvre, et son rôle de prescripteur ne se définit donc bien souvent que par rapport au rôle et au propre pouvoir de l’architecte rappelle d’étude « Bâti-Prescription ».
Ces dernières années, plusieurs facteurs et évolutions de la profession ont permis aux BET de voir leur rôle se modifier :
– retrait progressif de l’ingénierie publique française dans les missions de maîtrise d’œuvre publique, au profit de l’ingénierie privée en raison de l’obligation de mise en concurrence conformément à la réglementation européenne,
– acquisition d’une double compétence BET-économiste de la construction,
– développement de prestations « clés en main » notamment dans le secteur des bâtiments industriels, et qui conduit certains BET à évoluer vers une activité de contractant général,
– orientation de l’activité vers des missions d’assistance à la maîtrise d’ouvrage,
– développement de compétences nouvelles dans le domaine, par exemple, du développement durable…

De son côté, l’économiste de la construction apparaît comme le maître d’oeuvre dont le pouvoir de prescription s’est le plus renforcé ces dernières années, avec un rôle, toutefois, qu’il convient de bien distinguer de celui des concepteurs.

Dans l’acception la plus traditionnelle de son métier, il intervient en effet rarement au stade de la prescription d’une technique, mais peut en revanche avoir une réelle influence lors du choix d’un procédé ou d’une marque, et constituer une force d’arbitrage et de contre-proposition.
De fait, le rôle de l’économiste, en qualité de prescripteur, s’est notablement accru depuis le milieu des années 90, et ce, sous l’impulsion de plusieurs facteurs, dont notamment :
– un élargissement important de son champ de compétences : assistance à la maîtrise d’ouvrage, collaboration à la conception du projet dans le cadre d’une équipe d’ingénierie multidisciplinaire, coordination de projets, missions SPS (Sécurité et Protection de la Santé),
– l’entrée en vigueur de la loi sur la Maîtrise d’Ouvrage Publique (loi MOP) dont certaines dispositions ont imposé aux maîtres d’ouvrage publics une meilleure prise en compte de l’économie des projets et le respect des coûts à chaque phase d’exécution,
– la réduction des budgets alloués aux projets, qui impose de fait, tant dans le secteur public que dans le secteur privé, un contrôle plus strict du respect des enveloppes financières fixées par le maître d’ouvrage.
Il n’en demeure pas moins que le rôle de l’économiste reste variable selon la nature et les modalités de son action : schématiquement, lorsqu’il intervient en sous-traitance d’un architecte, son rôle dans la prescription est relativement limité par rapport aux autres acteurs de la maîtrise d’œuvre ; à l’inverse, lorsqu’il intervient en assistance du maître d’ouvrage, son influence est en revanche plus importante, en particulier s’il est associé au projet dès l’étude de faisabilité.

Focus

Focus

A propos de l'étude Bâti-Prescription Maîtres d’Oeuvre



Bâti-Prescription Maîtres d’Oeuvre est l’étude de référence portant sur les diffé-rentes professions de la maîtrise d’oeuvre du bâtiment : architectes, architectes d’intérieur, BET (bureaux d’études techniques), sociétés d’ingénierie, et économistes de la construction.
Réalisée tous les 3 ans depuis une quinzaine d’années, cette étude a une double vocation :
– dresser le portrait de l’organisation et de l’évolution des différentes professions de la maîtrise d’oeuvre et analyser leur rôle dans l’acte essentiel qu’est celui de la conception des bâtiments, la gestion des projets immobiliers, et le choix des solutions et matériaux du bâtiment,
– recenser les 2 500 cabinets et sociétés de la maîtrise d’œuvre les plus importants sur le marché français.
Composée d’un rapport de plus de 600 pages et d’un CDRom (pour la base de don-nées des 2 500 acteurs de référence du marché), cette étude est commercialisée au prix de 5 800 € HT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X