Marchés privés Construction

Quelle est l’étendue du recours subrogatoire de l’assureur dommages-ouvrage ?

Mots clés : Jurisprudence

Un arrêt de la Cour de cassation, rendu en matière d’assurance construction, mérite d’être signalé pour son double enseignement : d’une part, si l’obligation au paiement de l’assureur dommages-ouvrage découle directement de la sanction frappan le non-respect du délai de 60 jours, le recours subrogatoire reste ouvert, et d’autre part, ce recours subrogatoire peut dépasser la somme à laquelle l’assuré pouvait prétendre au titre de la réparation des désordres de nature décennale.

Suite à la réception d’un chantier affecté de désordres, le maître d’ouvrage tente d’obtenir de l’entreprise chargée des travaux la reprise de ceux-ci. Cette démarche n’aboutissant pas, le maître d’ouvrage déclare à son assureur dommages-ouvrage le sinistre. L’assureur ne respecte pas le délai légal de 60 jours pour notifier à son assuré sa position sur la garantie (article L. 242-1 du Code des assurances). En conséquence, l’assureur ne pouvant plus opposer de refus de garantie, il prend en charge le sinistre contre quittance subrogative. Par ailleurs, l’assuré perçoit de l’assureur dommages-ouvrage une indemnité dont le...

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X