Entreprises de BTP

Quel mot pour remplacer « Grenelle » dans le sigle RGE ? Le gagnant est… Gagnant

Mots clés : Démarche environnementale - Gouvernement

On se demandait depuis des mois, quel mot allait enfin « expurger » le sigle RGE – Reconnu Grenelle Environnement – de son « Grenelle ». Lors de son intervention en clôture de la Convention nationale de l’UCI-FFB mardi 29 octobre, le ministre de l’Ecologie, Philippe Martin a tué le suspense…

Au 1er juillet 2014, seules les entreprises et artisans – voire certains professionnels de la maîtrise d’œuvre – titulaires de la mention « RGE » pourront réaliser des travaux financés par un éco-prêt à taux zéro ou un crédit d’impôt (CIDD). Au 20 juin, on recensait 7 500 entreprises bénéficiant de cette mention (dont 1 000 Pros de la performance énergétique et 2 700 écoartisans) et le gouvernement en attend 18.000 d’ici à mi-2014 et 30.000 à terme.

Mais à cette date, RGE ne voudra sensiblement plus dire la même chose. Lancé en novembre 2011 par Philippe Van de Maele et Benoist Apparu, alors respectivement président de l’Ademe et ministre du Logement, le sigle signifie en effet « Reconnu Grenelle de l’Environnement ». Politiquement difficile à soutenir pour le nouveau gouvernement. D’autant que certains ministres ont fort peu goûté le tonnerre d’applaudissements réservé à  l’initiateur du Grenelle de l’Environnement, Jean-Louis Borloo lors de son entrée dans l’hémicyle du CESE pour la dernière Conférence environnementale.

Le G de Grenelle doit donc être remplacé. Mais on ignorait jusqu’ici par quel mot. Les pronostics allaient bon train et certains comme Patrick Liébus, président de la Capeb avaient des propositions comme « Garant ».

On le connait désormais avec une quasi-certitude : ce sera « Gagnant ». C’est en tout cas le mot qu’a employé le ministre de l’Ecologie Philippe Martin lors d’une intervention en clôture de la Convention nationale de l’UCI-FFB mardi 29 octobre. « La formation des artisans du bâtiment aux nouvelles normes et techniques d’efficacité énergétique est nécessaire pour l’obtention de la mention RGE, Reconnu Gagnant pour l’Environnement », a rappelé le ministre.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    Juge et partie

    Bonne nouvelle ! Alors que le nom de domaine reconnu-gagnant-environnement.com a déjà été enregistré par un privé, maintenant on apprend que les pros estampillés RGE pourront autovalider leurs projets … Juge et partie, donc ; tout va bien ! Alors qu’on parle beaucoup des fameux conflits d’intérêts que tout le monde s’accorde à considérer comme néfastes, cette nouvelle réglementation a de quoi surprendre ! Et ouvre la porte grande ouverte à des abus voire des fraudes massives… Qui poussera des grands cris d’orfraie lorsque ça arrivera ? Les mêmes qui diront “ce n’est pas ce qu’on voulait” Décidément ce pays va mal …
    Signaler un abus
  • - Le

    Logomachie...

    Si gouverner c’est passer des nuits blanches à trouver des mots pour camoufler le travail des prédécesseurs… Au passage, passer des nuits blanches pour « gagnant »… Je déplore le manque de vocabulaire dont fait preuve nos zélites. :o)
    Signaler un abus
  • - Le

    STOP

    C’est vraiment n’importe quoi, les gens ont déjà du mal à s’y retrouver mais ça va pas arranger les choses. STOP à la réunionite…
    Signaler un abus
  • Commenter cet article
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X