Aménagement

Que faire des squats dangereux à Paris ?

Quelque soixante squats présumés dangereux sur le plan de la sécurité ont été identifiés dans la capitale. La préfecture de police a été chargée par le ministre de l’Intérieur Nicolas Sarkozy de les fermer, ce qui ne va pas sans poser de problèmes humains, techniques et financiers.

Plusieurs expulsions « sont prévues dans les jours qui viennent », a-t-on précisé, sans autre détail, à la préfecture de police, qui a été chargée par le ministre de l’Intérieur Nicolas Sarkozy de « fermer tous ces squats et tous ces immeubles pour arrêter ces drames » et prévenir de nouveaux incendies.

Un squat a été évacué mardi sur décision judiciaire rue du Chalet, dans le 10e arrondissement, où se trouvait une personne, au lieu d’une dizaine habituellement, avait-on appris de source policière mercredi.

La préfecture a réitéré jeudi que les immeubles parisiens dangereux en matière d’incendie et de sur-occupation « feraient l’objet de mesures adaptées au cas par cas » et indiqué travailler, « en liaison avec la préfecture de Paris et la ville », à l’établissement de la « liste prioritaire » de ces bâtiments.

La préfecture a insisté sur le « partenariat » avec les services de l’Etat – notamment la préfecture de Paris pour le relogement dont le rôle est primordial – et les collectivités locales avec qui des « réunions ont lieu fréquemment et ont eu lieu encore ces derniers jours ».

La préfecture a également réaffirmé que les propriétaires d’immeubles dégradés font actuellement l’objet de « fermes recommandations » pour les remettre en état et qu’elle sera notamment « très ferme et intransigeante sur les délais » qui « seront très courts ».
Les expulsions ne peuvent être envisagées sans solution « en amont » et « au cas par cas », a-t-on ajouté, surtout pour ce qui est du relogement et/ou de l’hébergement des personnes qui seraient expulsées des lieux les plus vétustes toujours dans un esprit de « partenariat ».
Le but de la préfecture, selon elle, est « de ne pas laisser des gens risquer leur vie », ajoutant: « quelle que soit leur situation juridique mais aussi celle des propriétaires », privés ou non.
La préfecture a enfin mis en place un important dispositif de prévention dans plusieurs immeubles présentant des dangers consistant en des travaux d’urgence ou l’installation de dispositifs anti-incendie.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X