Immobilier

Quatre métropoles concentrent 40% des investissements locatifs selon Nexity

Mots clés : Gestion immobilière

Lille, Lyon, Marseille et Montpellier tirent leur épingle du jeu en matière d’investissement locatif selon Alain Dinin, PDG de Nexity. Mais cette bonne nouvelle est un peu l’arbre qui cache la forêt. Car pour le promoteur, dire que « le marché repart » est prématuré.

La reprise du marché du logement est encore trop lente au goût d’Alain Dinin, PDG de Nexity. « On ne peut pas dire que le marché repart, mais qu’il est moins pire que l’an passé, s’agace-t-il en pointant l’inertie du marché. Les promoteurs les plus petits attendent de voir s’il y a un mouvement profond de reprise pour relancer leurs chantiers et envoyer leurs développeurs sur le territoire ».

Au 1er semestre 2015, le leader de la promotion immobilière en France enregistre un saut de 13,2% de ses réservations sur 1 an à 5 136 unités. « Lorsque l’on a touché le fond en 2014, on peut effectivement parler de rebond en début d’année 2015, ironise Jean-Philippe Ruggieri, directeur général de la branche immobilier résidentiel. C’est mieux qu’en 2014, mais cela reste insuffisant au regard des 30% de réservations perdues en trois ans. En outre, le rebond des réservations n’est pas homogène en France. » Selon le promoteur, quatre métropoles (Lille, Lyon, Montpellier et Marseille) ont largement tiré leur épingle du jeu grâce au nouveau zonage des territoires tendus qui les a fait passer de la zone B1 à A, dans laquelle l’accès au dispositif d’investissement locatif Pinel est plus ouvert. « L’investissement locatif a augmenté de 40% », signale Jean-Philippe Ruggieri.

Selon le promoteur, le marché devrait enregistrer entre 94 000 et 100 000 réservations d’ici la fin de l’année. Pour 2016, le marché devrait atterrir sur sa moyenne décennale (105 000 unités réservées), toujours selon ses prévisions. « Et si les investisseurs institutionnels reviennent sur le marché, nous pourrions gagner 10 000 réservations supplémentaires, ajoute Alain Dinin. Pour cela, il faudrait leur adresse un petit signe, comme un taux de TVA spécifique. Mais pour le moment, il n’y a rien de tel de ce côté-là chez Bercy. »

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X